Que faut-il faire passer comme message à nos élèves en seconde concernant l'agriculture?

 

Une longue discussion avec un candidat au Capes m'amène à partager plusieurs précisions qui pourraient servir à tous les candidats:

1- A propos de l'agriculture: intensive et extensive, comment définir ces termes?

Mes recherches m'ont amené à considérer que l'agriculture intensive était celle que nous connaissons tous : utilisation de tracteurs de plus en plus chers et perfectionnés (endettant encore davantage nos pauvres agriculteurs) et donc achat de carburant; utilisation d'engrais massivement pour palier la baisse des rendements liés à de mauvaises techniques d'amendements et des exportations; utilisation de pesticides massivement pour aseptiser les sols qui doivent être vus comme des mourroirs ce qui signifie que les champignons ne peuvent plus faire leur travail de nutrition des cultures et que les sols ne sont plus aérés par les vers de terre; enfin, le retournement de la terre est une bêtise sans nom puisqu'on détruit le précieux travail des vers de terre (quand il en reste) et que la terre se met à sécher, à durcir en moins d'une journée et puis il y a le recours à l'arrosage massif. Et bien sûr ne pas oublier l'achat de nouvelles graines tous les ans puisque les producteurs de semences se sont arrangés au fil du temps pour produire des semnces dites F1 qui empêche le ressemage des graines produites.

Résultat: l'agriculteur est sous pression car ses rendements ne doivent pas diminuer pour pouvoir couvrir tous les frais liés aux intrants, et il y en a! Du coup, certains ont choisi une autre voie, plus raisonnable, qui ne court pas après le rendement et qui rapporte plus malgré les pertes liés aux insectes venant se servir car le cout des intrants est faible voire nul.

Voilà ce que je crois on doit faire comprendre à nos élèves pour ce qui est des cultures; pour l'élevage intensif, il y a la mobilisation d'hectares qui servent à nourrir le betail et non les humains; il y a la promiscuité notmment chez les poulets mais aussi chez les bovins (voir les vidéos que j'ai rapatriées sur mon site); les maladies, le problème du bien-être animal et enfin la gestion des déchets et des gaz à effet de serre...

Si avec ça, vos élèves n'en concluent pas qu'il faut changer de modèle... c'est que vous avez des enfants d'agriculteurs dans le lot!

D'où la nécessité de changer de modèle pour un extensif qui se définit comme un mode plus respecteux de la nature; c'est le cas de l'agriculture à labels, comme "AB" mais aussi "LabelRouge" ou "Agriculture Raisonnée".

Le stade ultime de ce changement de modèle est ce que l'on appelle la PERMACULTURE ; si vous ne connaissez pas, alors ne tardez à vous renseigner sur ce modèle non seulement à la mode mais développé depuis 50 ans déjà. (ça vient d'Australie mais une ferme normande est le fer de lance de cette nouvelle agriculture)

L'idée, c'est de considérer que le moindre bout de terre doit pouvoir servir à produire de la matière vivante, dès que les températures le permettent jusqu'à la fin de l'automne et ceci en multipliant et en diversifiant les cultures en un même point et ce sans utiliser d'engins mécaniques...

Et ça marche! Voicie l'exemple de la ferme du Bec Helloin en Normandie: