Capture d’écran 2019-04-23 à 14Conchita Wurst, gagnante de l'Euvision 2014

(photo Ana Sekularac)

 

Problématique : qu’est-ce qui fait de nous un homme ou une femme ? Nous devons distinguer identité sexuelle et orientation sexuelle

 

Au tout début, il n'y a qu'une cellule, la cellule-oeuf; à la naissance, il y a un bébé avec un sexe: comment s'est faite l'acquisition du sexe chez l'embryon?

1- Différenciation du sexe chez l’embryon:

Capture d’écran 2019-04-23 à 15

Capture d’écran 2019-04-23 à 15

Capture d’écran 2019-04-23 à 15

Capture d’écran 2019-04-23 à 15Bilan:

La mise en place des structures de l'appareil reproducteur humain démarre dès la vie intra-utérine.

La différenciation male et femelle se fait au cours d'une période de 3 mois: la visite du 5e mois de grossesse permet de voir si le foetus possède ou pas un pénis.

Le sexe chromosomique détermine le sens de la différenciation.

 

A la naissance, les organes reproducteurs sont formés mais ils ne fonctionnent pas: pourquoi?

 

2- La puberté, une mise en fonctionnement de l’appareil sexuel:

Pollution et taux d'hormomes sexuelles, Amérique du Nord 2012.

Document  1: États-Unis , des polluants chimiques provoqueraient une puberté très précoce chez des fillettes de 8 à 9 ans

Deux analyses d’urines réalisées à un an d’intervalle ont révélé la présence de trois sortes de polluants chimiques provenant de l’environnement : des phénols, des phtalates et des phytoestrogènes. Ces substances demeurent dans l’organisme durant plusieurs années et sont stockées dans le tissu adipeux (= les cellules de réserve de graisse). Leur présence peut entraîner de graves conséquences et notamment provoquer, chez des fillettes, une puberté très précoce survenant à l’âge de 8 ans. Le professeur Charles Sultan, chef de service en endocrinologie pédiatrique au CHU de Montpellier, notifie ainsi au Quotidien du médecin que ces taux élevés de polluants « peuvent perturber le développement pubertaire et entraîner un risque de complication plus tard dans la vie et notamment de cancer du sein ». D’après lui, certaines régions souffriraient même d’« épidémies » de puberté précoce survenant à l’âge de 8 ou 9 ans.

D’après www.maxisciences.com

 D’après le texte du document 1, on peut dire que ces polluants (Cochez uniquement la réponse exacte):

A- peuvent être à l’origine d’une apparition précoce des règles et des caractères sexuels secondaires.

B- sont dangereux car stockés dans les cellules mammaires (= du sein).

C- peuvent provoquer une obésité chez les fillettes par augmentation de la quantité de tissu adipeux.

D- n’ont pas d’incidence sur la santé des adultes.

Document 2: Évolution de la concentration sanguine moyenne en œstrogènes chez la femme et en testostérone chez l’homme au cours des 20 premières années

Capture d’écran 2019-05-21 à 14

D’après les informations du document 2, la puberté se produit normalement chez la fille vers 12 ans, elle est marquée par une :

A- augmentation du taux sanguin de testostérone à une valeur de 550 ng/dL.

B- augmentation du taux sanguin d’œstrogènes entre 30 et 75 pg/mL.

C- stabilisation du taux sanguin d’œstrogènes à 65 pg/mL.

D- augmentation conjointe des taux sanguins d’œstrogènes et de testostérone.

Document 3: Données moléculaires relatives aux phtalates et aux œstrogènes (logiciel Rastop)

Capture d’écran 2019-05-21 à 14

D’après le document 3, les phtalates pourraient agir en :

A- détruisant les molécules d’œstrogènes, empêchant ainsi leurs effets.

B- s’associant aux molécules d’œstrogènes et en augmentant leurs effets.

C- se fixant sur les récepteurs à œstrogènes et en mimant leurs effets.

D- se fixant sur les récepteurs à œstrogènes et empêchant leurs effets.

Bilan:

La puberté est le moment où le cerveau est prêt à faire fonctionner l'appareil reproducteur; l'axe hypothalamo-hypophysaire se met alors à produire LH et FSH, aussi bien chez l'homme que chez la femme.

Les gonades répondront à ces homones en produisant des oestrogènes chez la femme et de la testostérone chez l'homme.

 

Chez les mammifères non humain, l'accouplement n'a lieu qu'à des moments bien précis de l'année: comment peut-on explique la saisonnalité de la reproduction chez les animaux?

 

3- Le contrôle du comportement sexuel chez les mammifères et son évolution: 

Document : Influence des œstrogènes sur l’activité sexuelle de la brebis

Chez la brebis, il n’y a qu’une seule période d’activité sexuelle dans l’année, nommés œstrus, au cours de laquelle elle va accepter les avances du mâle et l’accouplement.

Sa concentration en œstrogènes est basse tout au long de l’année puis augmente sensiblement pendant les cycles sexuels de la saison de reproduction. La concentration en œstrogènes peut alors atteindre environ 3 pg/mL (1 picogramme = 10-12 g).

Des expériences ont été menées chez des brebis à qui on a enlevé les ovaires pour rechercher le rôle des œstrogènes sur l'activité sexuelle.
Les résultats sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Capture d’écran 2019-05-21 à 14Cochez uniquement la réponse exacte

Soit une injection de 0,25 mg d’œstrogènes à des brebis privées de leurs ovaires. Si on double la quantité d’œstrogènes de 0, 25 mg à 0,5 mg, on :
A- double le pourcentage de brebis en œstrus
B- multiplie par quatre le pourcentage de brebis en œstrus
C- réduit de moitié le pourcentage de brebis en œstrus
D- multiplie par trois le pourcentage de brebis en œstrus

Bilan:

Le comportement sexuel chez les mammifères non humains est contrôlé par les hormones sexuelles.

Leur sécrétion est discontinue: elle est prépondérante à la bonne saison, c'est à dire lorsque la mise-bas permettra une alimentation correcte du nouveau-né.

4- Pourquoi a-t-on du plaisir lors d'une relation sexuelle?

 Regardez les différents documents et répondez à la question posée

découverte du circuit de la récompense : Olds & Milner, 1954

Résumé de l'expérience : L'expérience qui a permis, dans les années 1950, de mettre en évidence le circuit de la récompense fut le fruit du travail de deux chercheurs, Olds et Milner. Cette expérience a été répétée plusieurs fois depuis, avec toutes sortes de variantes, mais fonctionne pour l'essentiel de la façon suivante.

http://acces.ens-lyon.fr

 

Le circuit de la récompense - GAE Conseil

 

Capture d’écran 2019-05-21 à 15

Capture d’écran 2019-05-21 à 15

Bilan:

Le comportement sexuel chez les mammifères est contrôlé par les hormomes sexuelles et le système de la récompense.

Au cours de l'évolution, l'influence hormonale diminue et correlativement, le système de récompense devient prépondérant dans la sexualité de l'Homme mais aussi des primates qui ressemblent à l'Homme comme les Chimpanzés Bonobo.

Il est à noter que l'homosexualité existe chez beaucoup d'animaux: le cas de l'Homme ne fait que confirmer cette observation.

 

Conclusion :

- déterminisme génétique et hormonal du sexe biologique;

- différencier identité et orientation sexuelle ;

- l’activité sexuelle chez l’Homme repose en partie sur des phénomènes biologiques, en particulier l’activation du système de récompense.

- si l’identité sexuelle et les rôles sexuels dans la société avec leurs stéréotypes appartiennent à la sphère publique, l’orientation sexuelle fait partie, elle, de la sphère privée.

 

Exercice:

Les femmes asiatiques sont moins sujettes aux troubles de la ménopause (bouffées de chaleur, fragilité osseuse appelée ostéoporose) que les femmes occidentales.

 On s’intéresse au lien possible entre la ménopause des femmes asiatiques et leur alimentation riche en soja.

 Document 1 : dosages des hormones ovariennes

 Document 1a : au cours d’un cycle chez une femme non ménopausée

Capture d’écran 2019-05-21 à 15

Document 1b : chez une femme ménopausée

 Le taux sanguin d’œstrogènes reste compris entre 30 et 50 pg/mL et celui de progestérone entre 2 et 4 ng/mL.

 Document 2 : action des œstrogènes

 Les œstrogènes contrôlent :

  • le renouvellement du tissu osseux : un déficit en œstrogènes entraine une fragilité osseuse ;
  • la température corporelle : ils régulent l’afflux de sang au niveau de la peau. Lorsque leur taux diminue à la ménopause, la personne peut ressentir des sensations passagères de chaleur (« bouffées » de chaleur).

 Document 3 : modélisation d’une molécule d’un œstrogène et d’une molécule d’isoflavone contenue dans le soja.

Capture d’écran 2019-05-21 à 15

Question 1 : on s’intéresse aux concentrations sanguines des hormones ovariennes au cours d’un cycle sexuel.

Au cours d’un cycle sexuel :

A- les œstrogènes présentent un pic de concentration après l’ovulation
B- les œstrogènes présentent un pic de concentration au moment de l’ovulation
C- la progestérone est sécrétée après l’ovulation
D- la progestérone est sécrétée avant l’ovulation

 Question 2 : on s’intéresse au contrôle de la sécrétion des hormones ovariennes au cours d’un cycle sexuel.

La sécrétion des hormones ovariennes est contrôlée par :

A- les hormones sécrétées par la paroi de l’utérus
B- l’hormone LH sécrétée par l’hypothalamus
C- l’hormone FSH sécrétée par l’hypothalamus
D- les hormones FSH et LH sécrétées par l’hypothalamus

 Question 3 : on s’intéresse aux caractéristiques hormonales de la ménopause

Après la ménopause, les œstrogènes sont sécrétés à des doses :

A- variant de façon cyclique
B- comprises entre 30 et 50 pg/mL
C- constantes supérieures à 100 pg/mL
D- inférieures à 10 pg/mL 

Question 4 : on s’intéresse au mode d’action de la molécule d’isoflavone sur l’organisme.

La molécule d’isoflavone pourrait se fixer sur le récepteur de :

A- l’œstrogène et augmenter ainsi les troubles de la ménopause
B- l’œstrogène et diminuer ainsi les troubles de la ménopause
C- la progestérone et diminuer ainsi les troubles de la ménopause
D- la progestérone et augmenter ainsi les troubles de la ménopause