Capture d’écran 2019-04-27 à 08

Capture d’écran 2019-04-27 à 07

Capture d’écran 2019-04-27 à 07Depuis 10 000 ans, l'Homme cultive des plantes pour nourrir les siens: on dit qu'il les a domestiqués.

Comment a-t-il fait pour savoir quelles plantes il pouvait domestiquer?

 

1- L'origine des espèces cultivées: d'où viennent les blés que nous cultivons?

 2- Les fruits et légumes de nos étals: comment expliquer une telle diversité?

 3- Les techniques ancestrales pour améliorer nos plantes cultivées

 4- Les techniques modernes pour améliorer nos plantes cultivées.

 

1- L'origine des espèces cultivées: d'où viennent les blés que nous cultivons?

 

La sélection exercée par l'Homme sur les plantes cultivées a souvent retenu des caractéristiques différentes de celles des plantes sauvages et favorisant leur utilisation.
On appelle "syndrome de domestication / domestication syndrome" l'ensemble des caractéristiques de la plante qui diffèrent entre la plante sauvage et ses "ancêtres" sauvages.

 

Document 1 : Epis de blé : Epi de blé ancestral sauvage (a) et épi de blé cultivé (d). Chaque épi de blé est formé d'un axe porteur d'épillets (b) qui à maturité se détachent de l'épi chez le blé ancestral sauvage (c) mais restent fixés chez le X blé cultivé ne se séparant que lors du battage (e)

Capture d’écran 2019-04-15 à 06D'après Trends in Ecology and Evolution (AIP)

Document 2 : Grains de variétés de blé cultivées modernes (haut) et de variétés sauvages ancestrales (bas) (Le trait d'échelle mesure 1mm).

Capture d’écran 2019-05-09 à 14D'après The Plant Cell April 2010 vol.22 no.4993

 Document 3 : Techniques médiévales de moissonnage à la faucille et battage au fléau. Aujourd'hui, dans les pays industrialisés, ces deux gestes techniques sont réalisés par une machine : la moissonneuse batteuse. (Livre d'heures à l'usage de Paris par l'atelier Jouvenel, Lyon XVème siècle)

Capture d’écran 2019-04-15 à 06

 1- La sélection exercée par l'Homme sur les plantes cultivées a souvent retenu des caractéristiques génétiques différentes de celles qui sont favorables pour les plantes sauvages.

A- Vrai

B- Faux

 2- La sélection portera sur la taille des graines ou des fruits et sur la capacité à récolter facilement ces éléments.

A- Vrai

B- Faux

2- La sélection, volontaire ou empirique, a commencé il y a 100 000 ans c’est-à-dire à la fin de la dernière période glaciaire.

A- Vrai

B- Faux

3- Pour domestiquer une plante sauvage l’homme :

A- a sélectionné des individus possédant des caractéristiques génétiques permettant uniquement une production accrue

B- est intervenu sur l’évolution naturelle des plantes

C- a accéléré la sélection naturelle

4- La domestication des plantes sauvages :

A- est un processus qui a précédé l’agriculture

B- n’a nécessité que quelques années de sélection

C- a été réalisée progressivement par quelques agriculteurs

D- résulte d’une sélection scientifique

Capture d’écran 2019-05-09 à 15

Capture d’écran 2019-05-14 à 22

Orge à deux rangs cultivé, étamines à l'air libre.

IMG_0141

2- Les fruits et légumes de nos étals: comment expliquer une telle diversité?

Capture d’écran 2019-04-27 à 07

Répartition géographique naturelle du chou sauvage

Capture d’écran 2019-05-27 à 07

Capture d’écran 2019-05-27 à 07

Une sélection artificielle qui a porté sur quelques caractères naturellement développés

Capture d’écran 2019-05-09 à 15

IMG_0176

IMG_0177

La tour à fraisiers, où comment planter des centaines de fraisiers sur 1 seul m2.

Capture d’écran 2019-05-27 à 07

3- Les techniques ancestrales pour améliorer nos plantes cultivées

Capture d’écran 2019-05-19 à 20

A- De nouvelles variétés de tomates:

Après la pomme de terre, la tomate est le légume le plus consommé dans le monde. Au cours de la domestication, des milliers de variétés différentes ont été produites.

Depuis 2013, une nouvelle variété de tomate cultivée, la Garance a été obtenue par l’INRA. Il aura fallu une vingtaine d’années de recherches pour l’obtention de cette tomate.

Document 1 : comparaison de quelques critères agronomiques entre 3 variétés de tomates cultivées

Capture d’écran 2019-05-19 à 20La variété Garance présente:

A- Une forte résistance aux nuisibles

B- Une meilleure qualité gustative

C- Un meilleur aspect esthétique

D- Un faible pourcentage de fruits déclassés

Document 2 : teneurs (moyennes) des tomates de la variété Garance, en différentes substances par rapport à une tomate standard

Capture d’écran 2019-05-19 à 20Par rapport à une tomate standart, peut-on dire que la quantité de substances nutritives a:

A- faiblement augmenté

B- Fortement augmenté

Document 3 : l’obtention de nouvelles variétés végétales par croisement

La fleur de tomate est capable de s’autoféconder, c’est à dire que son pollen peut venir féconder ses propres ovules.

Capture d’écran 2019-05-19 à 20

Pour forcer deux variétés, A et B, à se croiser, il est donc nécessaire de retirer les étamines de la plante qui sera utilisée comme femelle et d’apporter le pollen de la plante utilisée comme mâle.

Capture d’écran 2019-05-19 à 20Pour forcer le croisement entre deux variétés, il faut :

A- Avoir une ruche adaptée aux variétés

B- Retirer les étamines de la plante qui fera les tomates

C- Retirer le pistil de la plante qui fera les tomates

Document 4 : le principe de la sélection par rétrocroisements

Soit une variété M de faible intérêt agronomique qui possède dans son génome, un gène Z codant un caractère que l’on souhaite transférer à une autre variété cultivée N présentant de nombreux caractères agronomiques intéressants (liés au fruit : forme, fermeté, couleur, taille…). Par le croisement de ces 2 variétés, on obtient un hybride F1 dont le génome renferme bien le gène Z mais aussi la moitié de l’ADN de la variété M, ce qui diminue beaucoup les qualités de l’hybride F1.

Afin de remédier à ce phénomène, on réalise alors une série de rétrocroisements lesquels consistent à croiser l’hybride F1 avec la variété N. Les hybrides (F2, F3, etc.) qui se forment ainsi possèdent de moins en moins d’ADN de la variété M. À chaque génération, seuls les hybrides renfermant le gène Z sont sélectionnés.

Le rétrocroisement sert à:

A- augmenter le potentiel génétique de la tomate

B- réduire la quantité d'ADN de la variété la moins intéressante

C- obtentir une variété d'antan.

 

B- Obtention d'une nouvelle espèce, Raphano brassica
D'après G.D. Karpechenko Polyploid hybrids of Raphanus sativus Lx Brassica oleracea L.

L'Homme est capable d'agir sur le génome des plantes cultivées et d'intervenir sur la biodiversité.

Document 1 : obtention d'un hybride

En 1928, Karpechenko, botaniste russe, a pu produire pour la première fois une nouvelle espèce végétale polyploïde expérimentale. Il a réalisé des croisements entre le chou commun Brassica oleracea et le radis Raphanus sativus.

Son objectif était d'obtenir une espèce présentant des racines de radis et des feuilles de chou.

Brassica et Raphanus ont le même nombre de chromosomes (2n=18) et sont phylogénétiquement proches.

La fusion des gamètes (9 chromosomes de chou et 9 chromosomes de radis) conduit à un nouvel organisme hybride diploïde stérile car les chromosomes des deux lots ne sont pas homologues.

Document 2 : un exemple de polyploïdie

Cet hybride a subi un doublement de son stock chromosomique : une duplication chromosomique (4n=36) permettant à chaque chromosome d'avoir un homologue. L'individu produit est devenu fertile. Raphano brassica résulte de l'assemblage de deux génomes distincts et d'une duplication chromosomique.
R : chromosomes de Raphanus sativus
B : chromosomes de Brassica oleracea

 D'après Jules Janick, Classic papers in horticultural science, éd. The Blackburn Press, 1989

Malheureusement, Raphano brassica présente des racines de choux et des feuilles de radis.

Capture d’écran 2019-05-14 à 22

1. Raphano brassica est
A- une nouvelle plante fertile
B- une nouvelle plante stérile
C- une variété de chou
D- une variété de radis

 2. Les processus génétiques qui ont conduit à l'obtention de Raphano brassica sont
A- une duplication chromosomique chez le radis et le chou, suivie d'une hybridation
B- une hybridation entre deux espèces, suivie d'une duplication chromosomique
C- deux hybridations successives entre deux espèces diploïdes à 36 chromosomes
D- deux duplications successives chez deux espèces possédant 9 chromosomes chacune, suivies d'une hybridation

 3. L'hybridation entre le radis et le chou a été possible car
A- ces deux espèces sont génétiquement identiques
B- les 9 chromosomes du radis sont homologues aux 9 chromosomes du chou
C- ce sont deux espèces qui sont proches phylogénétiquement
D- chacune des espèces diploïdes possède 9 chromosomes

 4. Raphano brassica n'est pas cultivée aujourd'hui car
A- c'est une espèce transgénique
B- elle possède des racines de radis
C- elle possède des feuilles de chou
D- elle possède un phénotype différent de celui recherché

 

4- Les techniques modernes pour améliorer nos plantes cultivées.

Regardez les vidéos

Cours_Chapitre_2_la_plante_domestique_e

Les organismes génétiquement modifiés

 

MGM : Maïs Génétiquement Modifié

 Questions :

- A quoi peuvent bien servir les deux gènes associés au gène d'intérêt ?

- Comment ces deux gènes sont-ils ensuite supprimés du plant de maïs?

- Que fait-on avec un plant transgénique?

Une animation pour le maïs BT (OGM)