Innover en svt

25 novembre 2020

1ere ES, TP: Extraction de l'ADN de banane.

Différentes cellules, des molécules semblables

Capture d’écran 2020-11-18 à 18

Capture d’écran 2020-11-18 à 18

Extraction ADN de la banane

Matériel nécessaire (à vérifier si tout est disponible avant de commencer les manipulations):

  • De la banane
  • De l'alcool denaturé, dans un tube à essai
  • Du liquide vaisselle
  • Du sel
  • De l'eau
  • Des filtres à café et un entonnoir
  • Un mortier
  • Un pilon
  • 2 tubes à essai (dont un contenant l'alcool) et porte tubes
  • Une éprouvette graduée
  • Une pipette plastique

1/ Un petit morceau de banane est suffisante pour réussir l'expérience.

2/ Avec le pilon, écrase la banane dans le mortier. Cette opération permet de casser les fibres du fruit.

3/ Vous obtenez une pâte homogène sans morceau de fruit

4/ La pâte de banane est obtenue, il faut maintenant préparer les étapes suivantes.

Pour cela, munissez-vous de :

  • Sel fin
  • Liquide vaisselle
  • Eau

5/ Ajoutez une cuillère à café de sel.

6/ Mélangez bien pour que le sel se dissolve bien dans la pâte de banane.

7/ Ajoutez maintenant 1 cuillère à soupe (ou 3 cuillères à café) de liquide vaisselle.

8/ Mélangez à nouveau. Le mélange devient mousseux, c'est normal.

9/ Ajoutez maintenant 5 cuillères à soupe d'eau, soit 15 cuillères à café.

10/ Mélangez une dernière fois afin que la banane, le sel, le liquide vaisselle et l'eau constitue une préparation homogène.

11/ Ayez à portée de main votre mixture de banane et un filtre à café.

12/ Placez le filtre à café sur l'entonnoir. Poser le tout sur l'éprouvette graduée.

13/ Placer dans la mixture dans le filtre et laissez maintenant filtrer la préparation.

14/ Après quelques minutes d'attente, vous obtenez le filtrat pur.

15/ Ayez à portée de main le filtrat et l'alcool à brûler.

16/ Versez l'essence de banane dans le 2eme tube à essai.

17/ Mesurez un volume d'alcool à bruler équivalent à au moins la moitié du volume d'essence de banane.

18/ Versez délicatement l'alcool à brûler sur les parois du tube à essai contenant l'essence de banane. vous pouvez vous servir d'une pipette pour éviter de renverser de l'alcool à brûler sur votre peau.

19/ Les deux liquides ne se mélangent pas car ils n'ont pas la même densité.

20/ En très peu de temps, un ou deux anneaux blanchâtres se forment : les molécules d'ADN se regroupent en pelote blanches autour de protéines.

21/ Ajouter quelques gouttes de colorant vert de methyl qui colore uniquement l'ADN en vert et pas les protéines.

22/ Vous pouvez utiliser un agitateur en metal pour déplacer l'ADN

 

Que s'est-il passé (où est situé l'A.D.N ?) ? Comment expliquer le phénomène observé ?

Première étape : le rôle du sel

  • Le sel est hydrophile, il a donc absorbé une partie de l'eau contenue dans les cellules de la banane. De plus, il a la capacité de séparer au sein d'une même cellule, l'ADN de certaines protéines. Après ce premier stade, l'ADN est isolé mais toujours prisonnier de la cellule.

Seconde étape : L'ajout du liquide vaisselle

  • Pour libérer l'ADN, il faut le faire sortir du noyau et de la cellule. Il faut donc faire disparaître les membranes cellulaires. Or, ces dernières sont essentiellement constituées d'eau et d'huile (lipides). Comme le liquide vaisselle détruit les résidus gras sur les verres, assiettes, etc., il est aussi capable d'éliminer les lipides composant les membranes cellulaires et de libérer les molécules d'ADN.

Dernière étape : l'alcool à brûler

  • L'alcool permet aux molécules d'ADN de se rassembler en pelotes. Ce phénomène est observable car l'ADN ne peut se dissoudre dans l'alcool. C'est pourquoi aujourd'hui, on choisit de conserver les spécimens dans de l'alcool plutôt que dans du formol qui détruit l'ADN. Les pelotes d'ADN restent entre l'alcool et l'essence de banane : c'est une question de densité des liquides.

 

A partir de ces 2 expériences, essayez de représenter la membrane plasmique d'une cellule:

CryodécapageCapture d’écran 2020-11-18 à 18

 

Calculez le grossissement réalisé pour chaque niveau moléculaire:

l'ADN

Posté par michelpatalano à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


24 novembre 2020

Terminale spécialité SVT, chapitre 7: La nutrition des végétaux

Capture d’écran 2020-11-24 à 14

Comment les plantes se nourissent-elles? 

Pour Aristote, puisque l'épandage de fumier améliore les cultures alors les plantes se nourrissent des matières organiques présentes dans le sol: qu'en pensez-vous?

Pour Jean-Baptiste Van Helmont, au XVIIe siècle, le grand Aristote à tord, sinon comment expliquer qu'un saule arrosé dans un pot puisse croitre sans que la quantité de terre ne diminue?

Deux hypothèses s’affrontent donc:

  1. soit ils se nourrissent de la de matière organique présente dans le sol.
  2. soit les végétaux se nourrissent de l’air et de l’eau;

On sait aujourd'hui que les plantes se nourrissent d'air, d'eau et de lumière, c'est ce que l'on appelle la photosynthèse et nous allons le montrer.

1-La photosynthèse

Mise en évidence de la présence d’amidon chez les végétaux

Activité:

  • Mettre en évidence expérimentalement la présence d’amidon dans les chloroplastes et les amyloplastes de réserve dans des organes spécialisés (graine, fruit, tubercules...).

Matériel privilégié:

  • Parties photosynthétiques d’un végétal préalablement éclairées (2 heures minimum pour des feuilles aériennes et dans un milieu enrichi en CO2 pour une plante aquatique de type Elodée).
  • Tubercules de pomme de terre et noix.

Protocole:

  • Prélever une partie chlorophyllienne du végétal à étudier.
  • Procéder à des coupes très fines pour ne conserver que peu de couches de cellules.
  • Déposer ce matériel dans un verre de montre avec quelques gouttes d’eau iodée.
  • Laisser 2 minutes.
  • Monter entre lame et lamelle dans une goutte d’eau iodée.
  • Observer au microscope optique (x150 au minimum) la coloration brune mettant en évidence la présence d’amidon en s’assurant que cet amidon est bien présent dans les chloroplastes des cellules observées.

Astuce:

En utilisant un matériel spécifique (feuilles d’Elodée, épiderme de poireau...), il est possible de se dispenser des coupes fines.

Remarque:

Pour bien comprendre la signification du test à l’eau iodée, il est intéresser de faire en parallèle un test (eau iodée + amidon et eau iodée + eau distillée dans des tubes à essai) en guise de témoins.

De plus, en associant ce type de manipulation, les élèves peuvent concevoir eux même le protocole à mettre en place pour observer la présence éventuelle d’amidon dans les cellules.

Capacités testées:

  • Concevoir un protocole
  • Respecter un protocole.
  • Comprendre la signification d’un test de coloration spécifique.
  • Comprendre la notion de témoin expérimental.
  • Utiliser un microscope.
  • Observer et dessiner des résultats.

 

TP Présence d'amidon dans les chloroplastes

Parties photosynthétiques d'un végétal préalablement éclairées (2 heures minimum pour des feuilles aériennes et dans un milieu enrichi en CO2 pour une plante aquatique de type Elodée). - Prélever une partie chlorophyllienne du végétal à étudier. - Procéder à des coupes très fines pour ne conserver que peu de couches de cellules.

 

Activités:

  • Réaliser une chromatographie de pigments végétaux.

Les pigments chlorophyliens:

La chlorophylle, de part sa couleur verte, est le principal pigment contenu dans les plantes. Elle se trouve dans les chloroplastes des cellules végétales. Elle est indispensable pour l’activité photosynthétique de la plante qui consiste à produire de l’énergie chimique (ATP) à partir de l’énergie lumineuse du soleil. En effet la lumière du soleil est captée par la chlorophylle. On distingue plusieurs formes de chlorophylles (a, b, c, d et f) qui n’ont pas la même structure chimique. Les plus courantes sont les chlorophylles A et B que l’on retrouve chez les plantes supérieures et chez les algues. Pour ce qui est du spectre d’absorption, on observe un pic d’absorption de la chlorophylle A à 430 nm (bleu) et à 660 nm (rouge). La chlorophylle b absorbe fortement à 445 nm (bleu) et 645 nm (rouge)

Cliquez sur le lien ci-dessous pour découvrir le protocole

T_spe__SVT_extraction_et_se_paration_chlorophylle

D'après http://sites.ensfea.fr/physique-chimie/wp-content/uploads/sites/10/2016/10/chlorophylle.pdf

 

Activités:

  • Étudier et/ou mettre en œuvre des expériences historiques sur la photosynthèse.
  • Réaliser et observer des coupes dans des organes végétaux pour repérer une diversité de métabolites.
  • Extraire, organiser et exploiter des informations sur les effets antiphytophages, antibactériens ou antioxydants des tanins.

 

A retenir:

Les parties aériennes de la plante sont les lieux de production de matière organique par photosynthèse.
Captée par les pigments chlorophylliens au niveau du chloroplaste, l’énergie lumineuse est convertie en énergie chimique par la photolyse de l’eau, avec libération d’O2 et réduction du CO2 aboutissant à la production de glucose et d’autres sucres solubles.
Ceux-ci circulent dans tous les organes de la plante où ils sont métabolisés, grâce à des enzymes variées, en produits assurant les différentes fonctions biologiques dont :
  • la croissance et le port de la plante par la production de molécules typiquement végétales que sont la cellulose et la lignine à l'origine du bois;
  • le stockage de la matière organique, saccharose, amidon, protéines, lipides, sous forme de réserves dans différents organes, qui permet notamment de résister aux conditions défavorables ou d’assurer la reproduction ;
  • les interactions mutualistes ou compétitives avec d’autres espèces par la production de molécules répulsives, anthocyanes et tanins par exemple.

 

 

Notions fondamentales :

Chloroplaste, pigments chlorophylliens, photolyse de l’eau, réduction du CO2, sève brute et sève élaborée, diversité chimique dans la plante.

Objectifs :

On s’intéresse ici avant tout au bilan et aux produits de la photosynthèse, à leur diversité et à leur fonction dans les plantes.

Les mécanismes moléculaires de la photosynthèse ne sont pas étudiés, pas plus que le détail des formules biochimiques.

 

Rappels de la classe de seconde:

Capture d’écran 2019-09-17 à 14

Cliquez sur le lien:

d_ou_vient_le_di_oxyge_ne_que_nous_respirons_

 

Capture d’écran 2019-10-18 à 14

Capture d’écran 2019-09-17 à 14

Capture d’écran 2019-09-17 à 14

Capture d’écran 2019-09-17 à 14

 

Capture d’écran 2019-11-22 à 06

 

  • Pour assurer les besoins fonctionnels d’une cellule, de nombreuses transformations biochimiques s’y déroulent : elles constituent son métabolisme.
  • Une voie métabolique est une succession de réactions biochimiques transformant une molécule en une autre.
  • Le métabolisme dépend de l’équipement spécialisé de chaque cellule: organites et macromolécules dont les enzymes.

Savoir définir: métabolisme, autotrophe, hétérotrophe, organites, enzymes.

 

Le métabolisme des cellules | Lelivrescolaire.fr

Retrouvez la leçon et de nombreuses autres ressources sur la page Le métabolisme des cellules du chapitre Le métabolisme des cellules

https://www.lelivrescolaire.fr

 

Capture d’écran 2019-10-16 à 10

Exercices | Lelivrescolaire.fr

Retrouvez la leçon et de nombreuses autres ressources sur la page Exercices du chapitre Le métabolisme des cellules

https://www.lelivrescolaire.fr

 

Capture d’écran 2019-10-16 à 11

Capture d’écran 2019-10-16 à 11

Capture d’écran 2019-10-16 à 11

 

Capture d’écran 2019-10-16 à 11

 

L'oeuvre scientifique - Institut Pasteur - Google Arts & Culture

Les découvertes de Louis Pasteur ont été parmi les plus formidables révolutions qui ont transformé les conditions de vie humaine. Des domaines aussi variés que la biologie, l'industrie, l'agriculture, la médecine, la chirurgie et l'hygiène ont bénéficié des nombreuses applications de ses recherches.

https://artsandculture.google.com

 

Capture d’écran 2019-10-16 à 11

 

Capture d’écran 2019-10-16 à 11

Capture d’écran 2019-10-16 à 11

Posté par michelpatalano à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Terminale spécialité SVT, Chapitre 8: la reproduction des plantes à fleurs

"Le secret, ce n'est pas de courir après les papillons mais de prendre soin du jardin afin qu'ils puissent venir d'eux-même vers toi."

(M.Quintana.)

Notions essentielles

L'organisation florale, contrôlée par des gènes de développement, et le fonctionnement de la fleur permettent le rapprochement des gamètes entre plantes fixées.

Le pollen est produit par des organes mâles appelés étamines.

Une étamine se compose d’un filet et d’une anthère au sein de laquelle le pollen est produit.

L’ovule est produit par des organes femelles appelés pistil.

Un pistil est composé d’un ovaire, renfermant l’ovule, surmonté d’un style et d’un stigmate souvent collant.

La pollinisation de nombreuses plantes repose sur une collaboration animal pollinisateur/plante produit d'une coévolution.

Les fleurs sont souvent pourvues d’attributs permettant d’attirer les animaux pollinisateurs.

À l'issue de la fécondation, l’ovaire du pistil se transforme en fruits contenant des graines.

Les fruits sont pourvus d’attributs permettant d’attirer les animaux disséminateurs

La dispersion des graines est nécessaire à la survie et à la dispersion de la descendance.

Elle repose souvent sur une collaboration animal disséminateur/plante, produit d'une coévolution.

La coévolution entre les animaux et les plantes à fleurs explique en partie leur succès évolutif.

 1-Organisation des fleurs

Photo de Fleurs de poirier

IMG_7362

Capture d’écran 2019-04-04 à 09

comment_contruire_un_diagramme_floral

 

Capture d’écran 2019-04-23 à 16

Capture d’écran 2019-04-14 à 17

Capture d’écran 2019-04-23 à 16

1- Pour une fleur normale, on peut dire que la présence d’étamine est le résultat de :
  A-l’expression du gène B seul
  B-l’expression du gène C seul
  C-l’expression conjuguée des gènes A et B
  D-l’expression conjuguée des gènes B et C.

2- Chez le mutant agamous, on peut dire que :
  A-le gène A ne s’exprime pas
  B-le gène B ne s’exprime pas
  C-le gène C ne s’exprime pas
  D- les gènes B et C ne s’expriment pas

3- À partir de l’étude de ces deux fleurs, on peut déduire que chez la fleur normale :
  A-le gène A inhibe l’expression des deux autres gènes
  B-le gène C inhibe l’expression du gène A
  C-le gène C inhibe l’expression du gène B
  D-le gène B ne s’exprime jamais.

 

 2- De la fleur au fruit

Pollinisation croisée: fleurs anémogames/fleurs entomogames

Capture d’écran 2019-04-14 à 11

Capture d’écran 2019-04-15 à 06

De la fleur à la graine 

 

La reproduction est dite « entomophile » quand la pollinisation est faite par un insecte, ici un bourdon.

 

Capture d’écran 2019-04-02 à 14

 

Certains oiseaux nectarivores sont dits « voleurs de nectar » car ne contribuant pas à la pollinisation, mais d'autres comme les colibris sont de vrais pollinisateurs

Capture d’écran 2019-04-02 à 15

Une chauve-souris mexicaine à queue libre en train de se nourrir et de poliniser une fleur.

Capture d’écran 2019-04-02 à 15

Capture d’écran 2019-04-24 à 08

Capture d’écran 2019-04-24 à 08

Capture d’écran 2019-04-24 à 08

Capture d’écran 2019-04-14 à 11

Capture d’écran 2019-04-14 à 11

Bilan:

Entomogame/Anémogame/ co-évolution

 

3- La dispersion des graines

 Anémochorie:

 Le pissenlit produit des graines dotées d'une aigrette, sorte de parachute.

Capture d’écran 2019-04-02 à 15

 http://www.laboiteverte.fr/wp-content/uploads/2014/02/des-gifs-30.gif

 

La vie du pissenlit

 

 Zoochorie:

Graines d'Acacia, avec un élaïosome (excroissance huileuse) permettant d'attirer les fourmis.

Capture d’écran 2019-04-02 à 15

Extrémités des excroissances d'une graine de Bardane

Capture d’écran 2019-04-14 à 11

Hydrochorie:

Capture d’écran 2019-04-28 à 20

Bilan:

Anémochorie/Hydrochorie/Zoochorie/Co-évolution

 

Capture d’écran 2019-04-28 à 20

Conclusion:

La coévolution entre les animaux et les plantes à fleurs explique en partie le succès évolutif de ce groupe de plantes.

 

Acorn to Oak filmed over an 8 month period time-lapse

 

 Cours_chapitre_2_la_reproduction_des_plantes_a__fleurs

Posté par michelpatalano à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 novembre 2020

Terminale spécialité SVT, Chapitre 6 : L'organisation fonctionnelle des plantes à fleurs

 Bienvenue dans un monde extraordinaire...

https://www.canald.com/decouvertes/tops/le-top-des-arbres-les-plus-extraordinaires-1.1476726

Plan du chapitre:

  1. Une adaptation à la vie fixée
  2. De grandes surfaces d'échanges
  3. Un système de transport des nutriments
  4. Un développement sans limite

 

Beaucoup d'illustrations sont tirées du livre "Biologie" de Neil Campbell.

 

 

1-Une adaptation à la vie fixée
2-De grandes surfaces d'échanges
3-Un système de transport des nutriments
4-Un développement sans limite

 

 

Fonctionnement général d'une plante: des adaptations à la vie fixée

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 

L'importance de l'eau chez les plantes

turgescence et flétrissement

 

diffusion d'eau cellule végétale

 

3 grandes catégories de tissus

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Organisation des tissus d'une jeune tige

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 

Anatomie d'une feuille, une adaptation à la vie fixée

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Fonctionnement des cellules stomatiques

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 

Des adaptations de certaines racines à la vie fixée

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 

Des adaptations à la vie fixée de certaines tiges

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 

 

1-Une adaptation à la vie fixée
2-De grandes surfaces d'échanges
3-Un système de transport des nutriments
4-Un développement sans limite

 

Les poils absorbants, une extraordinaire surface d'échange

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Le transport de l'eau et des sels minéraux des poils absorbants aux vaisseaux du xylème

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Surface foliaire, une grande surface d'échanges gazeux

indice foliaire

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

1-Une adaptation à la vie fixée
2-De grandes surfaces d'échanges
3-Un système de transport des nutriments
4-Un développement sans limite

L'aspiration vers le haut de la sève brute

gradient de potentiel hydrique

La circulation de la sève brute: transpiration-tension-aspiration

tension et aspiration

La circulation de la sève élaborée: une pression liée à l'eau

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

La tuyauterie d'une plante: les vaisseaux du xylème

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 

Les vaisseaux du xylème sont renforcés de lignine, en vert.

Photo coupe longitudinale tissus conducteurs Anne-Lisephotos coupe transversale tissus conducteurs Juliette

(Photos et coloration faites par des élèves de Terminale spécialité SVT)

La tuyauterie d'une plante: les vaisseaux du phloème

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 

1-Une adaptation à la vie fixée
2-De grandes surfaces d'échanges
3-Un système de transport des nutriments
4-Un développement sans limites

La croissance d'une plante, un phénomène sans fin

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

L'emergence des feuilles

émergence des feuilles

Les méristèmes assurent la croissance infinie d'une plante

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Croissance d'une plante, vue d'ensemble

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Une croissance en longueur par un unités appelées phytomères ou rameau

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Croissance en longueur d'une racine

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 La formation d'une racine latérale

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

La division cellulaire asymétrique, une caractéristique végétale

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 Comparaison de schémas de division cellulaire d'un plant sauvage et d'un plant muté

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 Représentation schématique de divers types de feuilles

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Des réactions aux conditions environnementales

Capture d’écran 2020-11-20 à 06

 

Le phototropisme, une réaction à un facteur environnemental

 

Phototropisme

Le Phototropisme représente une réaction fondamentale des plantes à leur environnement lumineux d'autant que la lumière, par la photosynthèse, représente la source d'énergie. Le mécanisme est une croissance différentielle sur les deux faces de l'organe qui se traduit par une courbure. Le stimulus est un événement extérieur directionnel, ici la lumière.

 

Capture d’écran 2020-11-20 à 06Capture d’écran 2020-11-20 à 06

Capture d’écran 2020-11-20 à 07

 

Notions:

  • Par diverses caractéristiques, les plantes terrestres montrent une capacité d’adaptation à la vie fixée à l’interface sol/atmosphère, dans des environnements variables.
  • Les plantes développent de grandes surfaces d’échange, aériennes d’une part, optimisation de l’exposition à la lumière, source d’énergie, transferts de gaz et souterraines d’autre part, absorption d’eau et d’ions du sol facilitée le plus souvent par des symbioses, notamment les mycorhizes.
  • Des tissus conducteurs canalisent les circulations de matière dans la plante, sève brute et sève élaborée, notamment entre les lieux d’approvisionnement en matière minérale, les lieux de synthèse organique et les lieux de stockage.
  • Le développement d’une plante associe croissance, multiplication cellulaire par mitoses dans les méristèmes, suivie d’élongation cellulaire et différenciation d’organes, tiges, feuilles, fleurs, racines à partir de méristèmes.
  • Ce développement conduit à une organisation modulaire en phytomères, contrôlée par des hormones végétales et influencée par les conditions de milieu.

Notions fondamentales : organisation générale d’une plante angiosperme : tige, racine, feuille, stomates, vaisseaux conducteurs ; méristème ; multiplication et élongation, organogenèse.

Objectifs : il s’agit d’aboutir à une compréhension globale de la plante, de ses différents organes et de leurs fonctions. Un schéma fonctionnel synthétique permet de présenter les notions à retenir.

 

Terminale ES, TP: Pollens et climats

Photo de la tourbière au col de Steige

tourbière vue générale

(Michel Patalano)

TP : Palynologie et changements climatiques au quaternaire

Les mousses et les sphaignes sont des filtres naturels à pollens : les pollens transportés par le vent se déposent sur le sol et sont facilement retenus entre les feuilles de ces végétaux.
Au cours du temps, les mousses se transforment en tourbe, utilisée par l’homme en horticulture, pour la construction ou comme combustible (voir photo).

Dans les tourbières, l’épaisseur de mousses peut atteindre plusieurs mètres, et les pollens piégés peuvent dater de plusieurs milliers d’années.

Photo de sphaignes de la tourbière du col de Steige

tourbières sphaignes

(Michel Patalano)

Photo d'un morceau de tourbe récolté en Irlande

photo d'un morceau de tourbe récoltée en Irlande

(Michel Patalano)

Comment l’analyse de la tourbe permet-elle de reconstituer les climats du passé ?

Matériel:

  • Microscope optique (objectif x10 recommandé, occasionnellement x 40)
  • De quoi réaliser une préparation microscopique de grains de pollens
  • Tableur Excel

Documents:

  • Document 1 - « table de correspondance entre les associations végétales et les climats »

Biomes

Composants

Climat type

Zone climatique actuelle

Toundra

Bruyère

Mousses

Saule nain

Très froid

Au-dessus du cercle arctique ou très haute altitude

(sommet des chaînes alpines, par ex.)

Forêt claire

Saule

Aulne           clairsemés

Bouleau

Froid

Transition entre toundra et taïga

Taïga

Epicéa

Mélèze

Tempéré froid

Au sud de la toundra, ou forêt de haute altitude.

Forêt caducifoliée

Hêtre

Chêne

Noisetier

Tempéré

Zone tempérée (centre de l’Europe)

Xérophytes

Chêne kermès, olivier

Lentisque, vigne

Thym, lavande,

Chaud

Zone méditerranéenne, Californie, …

Savanes

Graminées, acacias

Chaud et sec

Zone tropicale (savane centrafricaine)

Jungle

Fougères géantes, lianes, hévéas, palmiers

Chaud et humide

Jungle équatoriale

Désert chaud

Cactus

Plantes grasses

Très chaud

Zone tropicale désertique (Sahara, Mexique, …)

 

Répartiton de différents milieux an fonction d ela température et de l'humidité

Capture d’écran 2020-11-21 à 06

  • Document 2 - « clé de détermination des grains de pollens isolés » /Site internet : http://pedagogie.ac-toulouse.fr/svt/serveur/lycee/melet/pollens/
  • Document 3 – Tableau des exigences écologiques de quelques espèces végétales
  • Protocole : Au laboratoire, on a réalisé une extraction des pollens d’une tourbe. On obtient après centrifugation un culot riche en pollens, inclus dans un milieu à base de gélatine glycérinée, colorée par la fuchsine.
    Pour la préparation microscopique à réaliser : agiter le tube contenant le culot, prélever une goutte d'extrait de pollen, la déposer sur une lame mince, l’étaler. Recouvrir avec une lamelle.

Fichier « chambedaze.xls » (analyse des grains de pollen d’une tourbière/ Fiche technique d’utilisation d’Excel)

 

Activités :

Grâce aux documents 1 et 2, expliquer comment l'analyse des pollens permet de reconstituer les climats du passé.

Réaliser une préparation microscopique en utilisant le protocole ci-dessus.

Observer et déterminer un grain de pollen.

Appeler le professeur pour vérification.

 

Dessiner deux grains de pollen caractéristiques de la lame, légender.

Ouvrir le fichier « Chambedaze.xls » et utiliserles fonctionnalités du tableur pour réaliser un graphique à partir des données affichées.

Sélectionner les trois espèces qui vous semblent le mieux représenter l’évolution climatique de cette région : éliminer sur le graphique les espèces non retenues.

Mettre en relation les données du graphique ainsi modifié avec le document 1, avec les variations climatiques.

Préciser, en le justifiant, ce que cela signifie en matière de climat pour la planète.

Ranger le matériel, fermer le logiciel sans éteindre l’ordinateur.

 

Document1_biomes_et_climats

Doc2_cle_de_termination_des_pollens

TP_pollens_Document3_Exigencesecologiques2011

ficheir_excel_TP_palynologie_chambedaze_eleves_2

TP_palyno_FT_tableur_excel_2007_d

 

Documents et TP d'après:

TP1-Palynologie et changements climatiques au quaternaire

Vous trouverez en téléchargement le texte du TP (distribué en classe) mais aussi les documents du TP, ainsi que le fichier Excel "Chambedaze" et la fiche technique Excel correspondante. Et maintenant que le TP est terminé, voilà même la correction !!!

 TP_palynologie_chambedaze_correction2011

Posté par michelpatalano à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Terminale ES, chapitre 2: La compléxité du système climatique

Le climat, un système impliquant de nombreux acteurs.

Les 4 enveloppes terrestres

En 1896, Svante Arrhenius écrit ceci:

"Comme ce serait merveilleux si les émissions humaines de gaz carbonique vers l'atmosphère pouvaient augmenter d'autant le climat de la Terre. Nous en serions heureux en Suède".

Un doublement du CO2 s'accompagne d'une élévation de la température moyenne de 6°C.

Urgelli, 2005

Comment peut-on expliquer qu'il existe encore des climatosceptiques?

Plan de ce cours:

  1. Quelle différence y a-t-il entre climatologie et météorologie?
  2. Comment explique-t-on l'augmentation rapide des moyennes annuelles de température?
  3. Quels seront les impacts à long terme de l'augmentation des températures moyennes annuelles?

 

1-Quelle différence y a-t-il entre climatologie et météorologie?

Activités:

  • A l'aide des documents fournis, j'explique la différence entre météorologie et climatologie.
  • Identifier des tendances d’évolution de la température sur plusieurs échelles de temps à partir de graphiques.
  • Identifier des traces géologiques de variations climatiques passées: pollens, glaciers.

 

METEO France

METEO FRANCE - Retrouvez les prévisions METEO France de Météo-France à 15 jours, les prévisions météos locales gratuites, complètes et détaillées à 15 jours.



Carte de la météo du jour à gauche et des climats à droite

Capture d’écran 2020-11-16 à 08

http://svt80.over-blog.com/2017/10/meteorologie-et-climatologie.html

 

Le système climatique mondial

L'étude des changements climatiques nécessite de définir le système climatique, un ensemble complexe constitué de cinq composantes principales : l'atmosphère ; les surfaces continentales ; l'hydrosphère (océans, lacs, rivières, nappes d'eau souterraines...) ; la cryosphère (glaces terrestres ou marines, manteau neigeux) ; la biosphère (tous les organismes vivants dans l'air, sur terre et dans les océans).


 

 Différence entre météo et climat

Capture d’écran 2020-11-16 à 08

 

La répartition des climats mondiaux

Capture d’écran 2020-11-16 à 08

Capture d’écran 2020-11-16 à 08

Capture d’écran 2020-11-16 à 08

Capture d’écran 2020-11-16 à 08

 

 

Graphique de l'anomalie de la température moyenne annuelle de l'air, en surface, en France, par rapport à la normale de référence

Capture d’écran 2020-11-23 à 09

L'indicateur est constitué de la moyenne des températures de 30 stations météorologiques.

Le zéro correspond à la moyenne de l'indicateur sur la période 1961-1990, soit 11,8 °C.

 

Graphique de l'anomalie de la température moyenne annuelle de l'air, en surface, pour le globe, par rapport à la normale de référence.

Capture d’écran 2020-11-23 à 08

Données du Climatic Research Unit, University of East Anglia.

Le zéro correspond à la moyenne de l'indicateur sur la période 1961-1990, soit 14,0 °C.

capture

 Données d'après:

http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/le-rechauffement-observe-a-l-echelle-du-globe-et-en-france

Pergélisol, le piège climatique

Typique des régions arctiques, le pergélisol, le sol gelé depuis des milliers d'années, dégèle peu à peu sous l'effet du réchauffement climatique. Ce faisant, il libère de puissants gaz à effet de serre. " CNRS Le journal " s'est rendu au Nunavik, dans l'Arctique canadien, pour mieux comprendre ce phénomène largement sous-estimé par les modèles climatiques.

https://lejournal.cnrs.fr

 

A retenir:

  • Un climat est défini par un ensemble de moyennes de grandeurs atmosphériques observées dans une région donnée pendant une période donnée.
  • Ces grandeurs sont principalement: la température, la pression, le degré d’hygrométrie, la pluviométrie, la nébulosité, la vitesse et la direction des vents.
  • La climatologie étudie les variations du climat local ou global à moyen ou long terme (années, siècles, millénaires...).
  • La température moyenne de la Terre, calculée à partir de mesures in situ et depuis l’espace par des satellites, est l’un des indicateurs du climat global.
  • Il existe d’autres indicateurs comme : le volume des océans, l'entendue des glaces et des glaciers.
  • La météorologie étudie les phénomènes atmosphériques qu’elle prévoit à court terme : jours, et semaines.

 

2-Comment explique-t-on l'augmentation rapide des moyennes annuelles de température?

Avtivités:

  • Déterminer la capacité d’un gaz à influencer l’effet de serre atmosphérique à partir de son spectre d’absorption des ondes électromagnétiques.

 

  • Interpréter des documents donnant la variation d’un indicateur climatique en fonction du temps: date de vendanges, niveau de la mer, extension d’un glacier.

Le Glacier du Rhone en Suisse

campbell20200826 copie

Ce glaicier est bordé par 4 dépôts morainiques successifs visibles sur cette aquarelle de Henru Hogard datée de 1848 (à gauche). Le dépôt le plus ancien, à gauche, date de 1602, le second de 1818, le troisième de 1826 et le quatrième de 1848. La photo de droite représente le glacier en 1970.

Glacier en Alaska

campbell20200826

Au pied de ce glaicier le sol est strié et jonché de moraines, la végétation n'a pas eu le temps de pousser, signe que le retrait est récent. L'amincissement du permafrost nous indique que nous sommes en période de réchauffement.

Activité:

  • Analyser la variation au cours du temps de certaines grandeurs telles que l’augmentation de la teneur atmosphérique en CO2, la variation de température moyenne, des indicateurs de l’activité économique mondiale.

 Photos de climatologues étudiant la glace révélant la vaiarition du climat terrestre sur 100 000 ans.

carottes de glace et températures copie

On mesure les concentrations relatives en O16 et O18 piégées dans la glace; sachant que l'orsqu'il fait plus froid, il y a moins d'O18, on peut alors déduire des écart de températures par rapport à une moyenne.

carottes de glace et températures

Graphiques de la variation de température et de la constante solaire

 Capture d’écran 2020-11-23 à 10

La constante solaire est une moyenne, pour la terre et sur un an, du flux total d'énergie électromagnétique reçue par le soleil aux limites de l'atmosphère.

 Différents graphiques sur des données depuis 1850

augmentation de la température et des gaz à effet de serre  augmentation de la température et des gaz à effet de serre copie

D'après Pour le Science, Hors série l'Atmosphère, 1006.

 

carottes de glace et températures

Les gaz atmosphériques ayant un effet de serre

molécules atmosphériques et IR

A retenir:

Le climat de la Terre présente une variabilité naturelle sur différentes échelles de temps.

Toutefois, depuis plusieurs centaines de milliers d’années, jamais la concentration du CO2 atmosphérique n’a augmenté aussi rapidement qu’actuellement.

Depuis un siècle et demi, on mesure un réchauffement climatique global (environ +1°C).

Celui-ci est la réponse du système climatique à l’augmentation du forçage radiatif (différence entre l'énergie radiative reçue et l'énergie radiative émise) due aux émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère : CO2, CH4, N2O et vapeur d’eau principalement.

Lorsque la concentration des GES augmente, l’atmosphère absorbe davantage le rayonnement thermique infrarouge émis par la surface de la Terre.

En retour, il en résulte une augmentation de la puissance radiative reçue par le sol de la part de l’atmosphère. Cette puissance additionnelle entraine une perturbation de l’équilibre radiatif qui existait à l’ère préindustrielle.

L’énergie supplémentaire associée est essentiellement stockée par les océans, mais également par l’air et les sols, ce qui se traduit par une augmentation de la température moyenne à la surface de la Terre et la montée du niveau des océans.

 

3-Quels seront les impacts à long terme de l'augmentation des températures moyennes annuelles?

Activités:

  • Identifier les relations de causalité (actions et rétroactions) qui sous- tendent la dynamique d’un système.
  • Réaliser et interpréter une expérience simple, mettant en évidence la différence d’impact entre la fusion des glaces continentales et des glaces de mer.
  • Estimer la variation du volume de l’océan associée à une variation de température donnée, en supposant cette variation limitée à une couche superficielle d’épaisseur donnée.

 

A retenir:

L’évolution de la température terrestre moyenne résulte de plusieurs effets amplificateurs (rétroaction positive), dont :

  • L’augmentation de la concentration en vapeur d’eau (gaz à effet de serre) dans l’atmosphère ;
  • La décroissance de la surface couverte par les glaces et diminution de l’albédo terrestre ;
  • Le dégel partiel du permafrost provoquant une libération de GES dans l’atmosphère.

L’océan a un rôle amortisseur en absorbant à sa surface une fraction importante de l’apport additionnel d’énergie. Cela conduit à une élévation du niveau de la mer causée par la dilatation thermique de l'eau. À celle-ci s’ajoute la fusion des glaces continentales. Cette accumulation d’énergie dans les océans rend le changement climatique irréversible à des échelles de temps de plusieurs siècles. À court terme, un accroissement de la végétalisation constitue un puits de CO2 et a donc un effet de rétroaction négative (stabilisatrice).

Bilan : Le système climatique et son évolution dans le temps résultent de plusieurs facteurs naturels et d’interactions entre océans, atmosphère, biosphère, lithosphère et cryosphère. Il est nécessaire de prendre en compte ces interactions à différentes échelles spatiales et temporelles, de l’année au million d’années voire davantage. Le système climatique présente une variabilité spontanée et réagit aux perturbations de son bilan d’énergie par des mécanismes appelés rétroactions. Les facteurs anthropiques ont des conséquences irréversibles à court terme.

 

Remarque: L’étude des paramètres orbitaux de la Terre et de leur influence sur le climat n’est pas au programme.

LEGOS, (Dieng et al., 2017)

Accélération de l'élévation du niveau de la mer : un effondrement de l'Antarctique n'est pas exclu

Alors que l'élévation du niveau de la mer s'accélère depuis 2004, affectant particulièrement les Outre-mers et les petits états insulaires du Pacifique ouest, de récents travaux indiquent qu'elle pourrait devenir beaucoup plus importante à cause de la fonte de l'Antarctique, avec un risque d'effondrement.


https://reseauactionclimat.org/acceleration-elevation-niveau-mer-effondrement-de-lantarctique-pas-exclu/

Greenland is melting at an historically unprecedented rate

If it all melted, Greenland's ice would raise sea level by seven meters. Greenland was losing ice four times faster in 2012 than it was in 2003, new research has found. The study's lead author, Michael Bevis, says global warming is to blame. We spoke to Bevis, a professor of geodynamics at The...

 

 

Pergélisol, le piège climatique

Typique des régions arctiques, le pergélisol, le sol gelé depuis des milliers d'années, dégèle peu à peu sous l'effet du réchauffement climatique. Ce faisant, il libère de puissants gaz à effet de serre. " CNRS Le journal " s'est rendu au Nunavik, dans l'Arctique canadien, pour mieux comprendre ce phénomène largement sous-estimé par les modèles climatiques.

 

https://www.fondation-lamap.org/sites/default/files/upload/media/minisites/projet_climat/animations/PaysagesEtClimats.swf

 

 

Capture d’écran 2020-09-19 à 07

https://planet-terre.ens-lyon.fr/article/fonte-banquise-2005-10-06.xml

 

Capture d’écran 2020-09-22 à 08

Spectre solaire

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

 

 Temératures solaires et spectre solaire

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

 

Notion d'albédo

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

 Absorption atmosphérique des rayonnements solaires

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

 

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

 

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

 

 

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

 

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

Capture d’écran 2020-09-23 à 09

 

Capture d’écran 2020-11-16 à 07

Capture d’écran 2020-11-16 à 07

Capture d’écran 2020-11-16 à 07

Capture d’écran 2020-11-16 à 07

Capture d’écran 2020-11-16 à 07

Capture d’écran 2020-11-16 à 07

Capture d’écran 2020-11-16 à 07

Capture d’écran 2020-11-16 à 07

Ressources:

https://cache.media.eduscol.education.fr/file/SVT/94/7/RA20_Lycee_G_T_SVT_Theme2_ClimatsTerre_1307947.pdf

https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Pluridisciplinaire/02/5/RA19_Lycee_G_1er_ES_Schemas_flux_radiatifs_1220025.pdf

 

ANIMATION SATELLITE sur la France et l'Europe par Météo-France

METEO FRANCE : retrouvez les animations satellites (compositions colorées) pour les 12 dernières heures sur la France et l'Europe.

 

 

Résumé :

La planète Terre est une planète singulière puisque c’est à ce jour la seule où la vie s’est développée, c’est bien qu’il doit exister des conditions favorables au développement de celle-ci. L’atmosphère, par le biais d’un effet de serre naturel, est responsable d’une condition essentielle à l’apparition de la vie : que de l’eau soit liquide. Cet effet de serre naturel s’explique par la présence de certains gaz qui captent les rayons infrarouges que la Terre émet lorsqu’elle est chauffée par les rayons incidents du soleil. Une partie de l’énergie absorbée par la surface est renvoyée, c’est l’albédo. Mais l’énergie renvoyée n’est pas la même que l’énergie reçue, qui elle se situe dans le spectre visible. Les infrarouges renvoyés sont captés par les gaz à effet de serre qui en renvoient d’autres vers la surface terrestre. Ainsi, la Terre présente une température moyenne plus importante que celle qu’elle devrait avoir si cet effet de serre n’existait pas. Malheureusement, l’Homme modifie cet équilibre en ajoutant des gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

 

Introduction

La Terre est une planète où s’exercent, à sa surface, les influences de milieux aux caractéristiques différentes.

Les enveloppes externes, atmosphère, hydrosphère sont plus ou moins continues ; elles interagissent les unes avec les autres ; elles sont le siège de circulations et elles permettent la régulation du climat.

Or, la Terre est la seule planète du système solaire avec une telle hydrosphère dans laquelle la vie est apparue.

En quoi le fonctionnement de ces deux enveloppes est-il aujourd’hui influencé par l’Homme ?

 

I.Le Bilan énergétique de la Terre

A.Caractéristiques de l’énergie de la Terre

L’énergie à la surface de la Terre a une double origine :

  • Interne : lachaleur initiale (choc des petits corps rocheux lors de la formation de la Terre), la radioactivité́, la différenciation des assises en croûte, manteau, noyau, et les mouvements différentiels de ces assises qui génèrent de l’énergie.
  • Externe : l’énergie solaire.

L’énergie solaire reçue par la Terre 5500 fois plus importante que l’énergie liée au chauffage interne.

L’énergie reçue par la Terre provient du rayonnement solaire.

 

B.Le Soleil : source d’énergie principale de la surface terrestre

1.Température du Soleil

D’où vient l’énergie du Soleil ?

  • Le Soleil est une sphère de gaz, composée principalement d’Hydrogène.
  • Au centre, la température avoisine les 15.106 °C.
  • C’est un réacteur thermonucléaire qui dégage de la lumière.
  • La fusion de l’Hydrogène en Hélium libère une énergie sous forme de photons (réactions thermonucléaires)

4 noyaux de protons H => 1 noyau d’Hélium, des électrons et des photons lumineux qui portent de l’énergie.

Attention : Ce sont des noyaux qui fusionnent et non des atomes, d’où le nom de réactions thermonucléaires.

Le soleil induit 3 types de rayonnement :

  • Les rayons visibles à l’œil humain
  • Les rayons IR (infra-rouge)
  • Les rayons UV (ultra-violets)

Le spectre solaire est centré sur les rayons visibles, avec comme valeur de longueur d’onde pour laquelle l’intensité lumineuse est maximale : λmax= 0.5 μm

Le Soleil peut-être assimilé à un corps noir

Un corps noir est un corps idéal qui absorbe totalement les rayonnements électromagnétiques sur l’ensemble du spectre, et donc toute la lumière visible, du coup, il est noir.

Cette absorption se traduit par une agitation thermique :

Cette agitation thermique provoque l’émission d’un rayonnement électromagnétique dont le spectre ne dépend que de la température, c’est la loi de Planck, qui du coup permet de déduire la température du Soleil.

Lien entre rayonnement d’un corps noir et longueur d’onde : Plus la température est élevée, + le maximum de la courbe se situe à une longueur d’onde faible

Pour déterminer la température du Soleil, on utilise la Loi de Wien

La longueur d’onde à laquelle un corps noir émet le plus de flux de lumière énergétique est inversement proportionnelle à sa température.

  • La loi de Wien se déduit de la loi de Planck du rayonnement du corps noir : à une température T donnée, l’énergie W(λ) passe par un maximum (Wmax) pour une longueur d’onde λmax

Loi de Wien : λ­­­­max = (2,898.10-3) /T

Si le soleil émet un maximum de lumière dans le visible alors λ­­­­ max = 0,5 μm alors la température du soleil est T= 5796K

 La loi de Wien relie donc la longueur d’onde maximale émise par le soleil, ici 500 nm soit 0,5 μm, à la température du corps.

 

2.  Flux d’énergie rayonné par le Soleil:

La Loi de Stefan-Boltzmann donne la densité de flux d’énergie qui ne dépend que de la température de l’objet selon la formule :

Loi de Stefan-Boltzmann : Esoleil = σ x T4

Cette loi signifie que l’énergie totale rayonnée par unité de surface d’un corps noir sur toutes les longueurs d’onde par unité de temps est proportionnelle à la quatrième puissance de la température du corps noir.

Si σ =5,6703.10-8 W.m-2. K-4 et T=5778K

Alors l’énergie totale produite par le soleil :  Esoleil = 63,20.106 W.m-2

Notez que le flux d’énergie s’exprime en W.m-2 ou en J/s.m2

 

Quelle fraction de cette énergie parvient-elle sur Terre ?

3.  Notion de Constante solaire

Elle exprime la quantité d’énergie solaire que recevrait une surface (S) de 1m2 situées à une distance de 1 UA (Unité Astronomique, distance moyenne Terre- Soleil) exposée perpendiculairement aux rayons du Soleil en l’absence d’atmosphère.

  • Pour la Terre, cela correspond à la densité́ de flux énergétique reçue au sommet de l’atmosphère.

La distance moyenne de la Terre au Soleil est d’une Unité Astronomique soit environ 150 millions de km

Rayon du Soleil :

Le diamètre moyen du Soleil est : 1 392 000 km soit un rayon de 6,96.105 km

Rayon de l’orbite terrestre :

Orbite terrestre = orbite de la Terre autour du Soleil

  • Mouvement périodique
  • Suit la forme d’une ellipse presque circulaire
  • Valeur moyenne : R orbite terrestre : 149,6.106 km

Calcul de la constante solaire : S = Esoleil x (rayon du soleil/rayon orbite terrestre)2

S = 63,2.106 x (6,96.105 / 149,6.106)2

Soit un Flux solaire moyen atteignant la Terre de 1 368 W.m-2

La constante solaire correspond à l’énergie incidente, reçue par unité de temps, par un disque placé perpendiculairement au rayonnement solaire, à la distance moyenne Terre-Soleil.

Or, la Terre n’est pas plate, du coup le disque doit être transformé en une sphère, ainsi nous pourrons calculer l’énergie frappant réellement la surface de la Terre. C’est ce que l’on appelle le flux solaire incident.

4.  Flux solaire incident

C’est la base pour le calcul de l’effet de serre.

Compte tenu du rapport des surface entre un disque (πr2) et une sphère (4πr2), le flux moyen susceptible d’être disponible par unité de surface terrestre est alors de 342 W. m-2

  

II.Le Bilan radiatif de la Terre

Bilan radiatif = c’est la différence entre rayonnement absorbé par la Terre et le rayonnement renvoyé vers l’espace.

La terre échange de l’énergie avec l’espace jusqu’à atteindre un équilibre entre perte et gain d’énergie.

Le bilan radiatif de la Terre

Comprendre le climat de la Terre c’est analyser son bilan énergétique moyen.

La presque totalité du rayonnement solaire, 342 W.m-2, entre dans le système terrestre, mais la totalité du flux solaire incident n’est pas absorbée car la surface terrestre et l’atmosphère possèdent un pouvoir réflecteur appelé albédo de l’ordre de 30%.

Donc environ 107 W.m-2 sont réfléchis vers l’espace

 

A.L’albédo

Influence de la nature de la surface

L’Albédo est une grandeur sans dimension car c’est le rapport de l’énergie solaire réfléchie par une surface par rapport à l'énergie solaire incidente

Les régions polaires réfléchissent la plus grande partie des rayons lumineux qui les atteignent déjà difficilement. Il y a donc un phénomène auto-entretenu des conditions froides.

Sur Terre, en moyenne : 30% de l’énergie est réfléchie, 70% de l’énergie est absorbée

Du coup, l’Albédo moyen de la Terre = 0.3

L’albédo varie avec la saison.

Le bilan radiatif de la Terre :

Les 70% restants sont absorbés par l’ozone dans la stratosphère, par la vapeur d’eau, les nuages et les aérosols de la troposphère (pour 67 W.m-2) et par la surface terrestre (pour 168 W.m-2).

Calcul de la température d’équilibre sans effet de serre :

Quelle est l’énergie reçue à la surface de la Terre en prenant en compte l’albédo ?

Ereçue = Rayonnement solaire incident moyen x proportion d’énergie reçue

Soit = 342 x 0.7 ~ 240 W.m-2 reçus à la surface en tenant compte de l’albédo

 

Notion de Température d’équilibre à la surface d’une planète :

  • C’est la Température théorique d’une planète considérée comme un corps noir et dont la seule source de chaleur serait l’étoile parente
  •  Dans ce modèle, la présence ou l’absence d’une atmosphère n’est pas considérée et l’on remplace la surface de la planète par une surface idéalisée

 

Quelle est la température d’équilibre sans effet de serre ?

Loi de Stefan-Boltzmann est la loi qui permet de calculer la température que devrait avoir la terre en fonction de ce qu’elle reçoit sans tenir compte de l’effet de serre soit :

ETerre= σ x T4

Avec σ =5,6703.10-8 W.m-2.K-4   mais ETerre : énergie réellement reçue par la Terre soit 240 W.m-2

Soit T= (ETerre/ σ)1/4

 Sachant que T = 255 K et 0°K = - 273.15°C

 Soit T= (240/5,6703.10-8) ¼ soit T = 255K donc T= -18°C

 

Sans atmosphère donc sans l’effet de serre, la température d’équilibre de la Terre serait de -18°C

 

B.L’atmosphère

Structure verticale de l’atmosphère en différentes couches : troposphère, stratosphère, mésosphère, thermosphère dont les caractéristiques chimiques, physiques et températures sont différentes.

Comment le transport d’énergie s’effectue-t-il dans l’atmosphère ?

Les trois formes de transport d’énergie dans l’Atmosphère sont :

  • Énergie thermique = élévation de T°
  • Énergie potentielle = élévation d’altitude
  • Énergie latente = absorption vapeur / condensation

Important : ce que la Terre renvoie elle le renvoie sous une autre forme

Ce qui signifie que pour maintenir la balance énergétique, le système terrestre réémet à son tour vers l’espace des radiations de plus grandes longueurs d’onde, dans l’infrarouge proche.

Sur les 390 W.m-2 qui rayonnent depuis la surface terrestre :

  • 40 W.m-2 traversent l’atmosphère
  • Et sur les 350 W.m-2 absorbés par l’atmosphère, 324 W. m-2 sont réémis vers la Terre (effet de serre).

L’atmosphère réémet également vers l’espace environ 195 W. m-2.

L’effet de serre :

  • Le bilan énergétique détermine la température moyenne à la surface du globe : 13°C, température d’équilibre entre la surface terrestre et l’atmosphère
  • Le système Terre-Atmosphère en équilibre avec l’espace serait à une température de - 18°C mesurée par un observateur extérieur
  • La différence de 31°C provient de l’effet de serre ce qui signifie que l’atmosphère est transparente au « rayonnement visible » solaire et opaque au « rayonnement infrarouge » terrestre.

 

C.L’effet de serre

 

Apprendre ce document par cœur car tout y est résumé

 

Source : Emmanuel, Rafélis et Pasco, 2007

Historique :

Horace Bénédict de Saussure en 1780.

Le naturaliste suisse avait construit un appareil constitué de cinq caisses de verre emboitées les unes dans les autres, munies de thermomètres, pour montrer que, plus l'on va vers le centre, plus la température s'élève, jusqu'à obtenir une température d'équilibre (jusqu'à 109°C !).

Ce phénomène tire son nom de ce qui se passe dans la serre du jardinier : comme dans la vitre d’une serre, l’atmosphère laisse passer les rayons visibles du Soleil, mais emprisonne partiellement la chaleur

Attention, l’effet mécanique qui stoppe la convection dans la serre (par la présence des vitres) n’est pas présent dans l’atmosphère.

Svante Arrhenius, 1896

Un doublement du CO2 s'accompagne d'une élévation de la température moyenne de 6°C.

"Comme ce serait merveilleux si les émissions humaines de gaz carbonique vers l'atmosphère pouvaient augmenter d'autant le climat de la Terre. Nous en serions heureux en Suède".

Urgelli, 2005

 

Des déséquilibres énergétiques et régionaux

Au cours de l’année, le bilan radiatif, en un point géographique précis, est généralement diffèrent de zéro, créant ainsi des déséquilibres énergétiques régionaux.

L’intensité de l’insolation et le pourcentage d’absorption du rayonnement solaire dépendent principalement de l’angle suivant lequel les rayons solaires atteignent la surface terrestre.

Ainsi la distribution des températures à la surface du globe varie en fonction de la latitude et des saisons :

  • Ceci est responsable des circulations atmosphériques et océaniques ;
  • De la redistribution de l’énergie, en transférant l’excèdent des régions de basses latitudes vers les pôles.

 

L’effet de serre

Ce phénomène est responsable du réchauffement de la basse atmosphère de la planète par absorption du rayonnement infrarouge.

Ce piégeage est effectué par certains gaz : la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4)
et les chlorofluorocarbures (CFC).

L’abondance de ces gaz, parfois d’origine anthropique, dans les basses couches de l’atmosphère est la cause principale du réchauffement car le rayonnement infrarouge absorbé par les gaz est réémis vers la Terre.

 

Le rôle des Chlorofluorocarbures (CFC)

  • Dérivés chlorés et fluorés du méthane ;
  • Utilisés comme propulseurs aérosols et réfrigérants ;
  • Ils sont stables dans la troposphère ;
  • Une durée de vie de 60 à 200 ans ;
  • Le seul puits est stratosphérique ;
  • La photolyse libère des atomes de Chlore.

 

Caractéristiques des gaz à effet de serre

Composants gazeux de l’atmosphère qui absorbent le rayonnement IR émis par la surface terrestre

  • L'absorption du rayonnement infrarouge dépend de la structure de la molécule :
    Les molécules biatomiques et symétriques (O2, N2, H2...) sont très peu absorbantes (pas de capacité à vibrer)
  • Les molécules triatomiques ou non symétriques (H2O, CO2, CH4, CO.…) sont beaucoup plus absorbantes.

Les molécules doivent avoir des propriétés d'absorption (et donc de réémission) dans le domaine d'émission du système Terre-atmosphère considéré comme un corps noir autour de 260 à 280K. Ce domaine spectral correspond à l'infrarouge thermique entre 4 μm et 40 μm. Dans ce domaine, les molécules considérées absorbent un photon et passent d'un état fondamental à un état excité de vibration.

En résumé :

  • Le soleil éclaire dans le domaine de l’UV, du visible, du proche infra-rouge
  • Les molécules de l’atmosphère (gaz poly atomiques) n’absorbent pas ou peu dans la longueur d’onde du visible
  • La Terre (les enveloppes fluides) réémet dans le domaine de l’Infrarouge
  • Les molécules de l’atmosphère (gaz poly atomiques) absorbent en partie dans ce domaine spectral

Il existe donc un gain d’énergie appelé effet de serre et associé à la présence des GES.

 

Gaz à effet de serre : volume mineur mais rôle majeur !

Calcul de la température d’équilibre avec effet de serre

Loi de Stefan-Boltzmann est la loi qui permet de calculer la température que devrait avoir la terre en fonction de ce qu’elle reçoit sans tenir compte de l’effet de serre soit :

ETerre= σ x T4

Avec :

  • σ =5,6703.10-8 W.m-2.K-4
  •  ETerre : énergie émise par la Terre sous forme d’IR soit 390 W.m-2

T= (ETerre/ σ)1/4

Sachant que T = 255 K et 0°K = - 273.15°C alors T= (390/5,6703.10-8) ¼ soit T = 15°C

Température d’équilibre de la Terre : 15°C

 

Les activités humaines augmentent la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, les infrarouges sont absorbés en plus grande quantité, la température de la planète augmente.

D.     Notion de forçage radiatif

On appelle forçage radiatif (W.m-2) du système climatique toute variation de l’énergie transmise à l’ensemble du système Terre-atmosphère, causée par des changements des facteurs de forçage.

Il s'agit donc de la différence entre l'énergie radiative reçue et l'énergie radiative émise par un système climatique donné :

  • Positif : plus d’énergie reçue qu’émise, il tend à réchauffer le système
  • Négatif : plus d'énergie émise que reçue, il tend vers un refroidissement

 L’homme par ses activités ajoute du CO2, CH4 et d’autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Quelle est la conséquence sur la température moyenne planétaire ?

  • Conclusion 3e groupe de travail du GIEC (1er octobre 2001) : aucun facteur naturel n’est susceptible d’avoir contribué significativement au réchauffement de 0.6°C observé sur les 30 dernières années.
  • Les variations de l’intensité solaire ont été négligeables et les volcans n’ont pu avoir qu’un effet global de refroidissement, limité dans le temps après les grandes éruptions.
  • Un faisceau d’éléments suggère qu’il y a une influence perceptible de l’homme sur le climat

 

Quels sont les gaz à effet de serre anthropiques ?

  • CO2 : depuis 1860 ➶30%, 3⁄4 combustions de charbon & pétrole, 1⁄4 feux de forêts des zones tropicales
  • CH4 : x2, agriculture, production et distribution pétrole, gaz, extraction charbon, décharges
  • N2O : agriculture (engrais), combustion biomasse, synthèses chimiques industrielles (acide nitrique)
  • Gaz fluorés (CFC, PFC, SF6) : 0 (1950) à 800 ppm (1990) systèmes de réfrigération, climatisation (automobile), aérosols.

Fabrication règlementée (action destructrice sur la couche d’ozone, Convention de Montréal, 1987)

  • H2O : vapeur d’eau générée principalement par les réacteurs des avions

 

Ordre d’importance des gaz à effet de serre générée par l’activité humaine-production d’énergie, procèdes industriels, transports, activités agricoles- :

  • 50% CO2,
  • 19% méthane,
  • 1.7% CFC,
  • 8% ozone de la troposphère,
  • 4% protoxyde d’azote,
  • 2% vapeur d’eau

 L'augmentation du forçage radiatif anthropique entre 1750 et 2011 est évalué à 2,29 (1,13 à 3,33) W.m-2 par le 5e rapport du GIEC

 

III.         Conséquences des effets anthropiques

A.      La modification du bilan radiatif de la Terre

- Les surfaces continentales et les couches superficielles des océans se réchauffent
- Le rayonnement thermique infrarouge s’échappant vers l’espace diminue
- On estime que cette diminution doit s’approcher de 1 W.m-2 même si elle est encore difficile à mesurer avec confiance (Trenberth et al., 2009)

B.      Trou d’ozone

Un trou dans la couche d’ozone (absorbe les UV) désigne une région de la couche d’ozone stratosphérique qui a été détruite à plus de 50 % et qui limite d'autant la protection qu'elle nous offre contre les rayonnements ultraviolets du Soleil.

Cet appauvrissement aurait été causé par d'importants apports de CFC (chlorofluorocarbures, durée de vie dans l’atmosphère : 50 à 100 ans) et d'autres gaz à base de chlore et de brome dans l‘atmosphère, où ils réagissent en dégradant de l'ozone. Ils ont été libérés en quantité par l'Homme par le passé, mais sont maintenant interdits.

 

C.     Fonte du pergélisol

Le pergélisol est une partie du sol et du sous-sol qui est toujours gelée, durant au moins deux années consécutives

Il se forme lorsque la surface sous le sol de la Terre reste gelée au-delà de la période hivernale, durant au moins deux ans.

Il en existe trois types :

  • Le pergélisol continu : 100 % du sol est gelé
  • Le pergélisol étendu : 50 % à 90 % du sol est gelé
  • Le pergélisol sporadique : 10 % à 50 % du sol est gelé

 

Fonte 70 ans plus tôt que prévu :

« Nous avons été sidérés en découvrant que le pergélisol avait réagi si rapidement aux températures élevées de l’air. En l’espace d’une dizaine d’années, nous avons vu le paysage se transformer. »

Températures estivales plus élevées + faibles niveaux de végétation isolante + présence de glace souterraine à proximité́ de la surface = fonte exceptionnellement rapide et profonde du pergélisol

 

D.     Le bilan radiatif de la Terre

Au total, le bilan thermique du système Terre/atmosphère est en équilibre.

  • Le flux réfléchi et réémis est de 342 W.m-2 (107 W.m-2 pour les courtes longueurs d’onde et 235W.m-2 pour les infrarouges).
  • En revanche les sous-systèmes ne sont pas à l’équilibre du point de vue radiatif.

La surface de la Terre reçoit plus de chaleur qu’elle n’en émet du fait de l’effet de serre, et, au contraire, l’atmosphère est déficitaire puisqu’elle émet 519 W.m-2 (195 W.m-2 vers l’espace et 234W.m-2vers la Terre) alors qu’elle ne reçoit que 417 W.m-2 (67W.m-2du rayonnement solaire incident et 350 W.m-2à partir de la Terre).

Ce déficit d’une centaine de W.m-2est comblé par des flux de chaleur non radiatifs correspondant à la conduction et surtout à la convection thermique (pour 24 W.m-2) et aux processus des changements de phase : évaporation et condensation (pour 78 W.m-2).

Ces flux de chaleur non radiatifs permettent alors de rétablir l’équilibre thermique entre les deux sous-systèmes

La convection est un des trois modes de transfert de chaleur :

Ce sont les transferts de chaleur se produisant entre une surface et un fluide en mouvement lorsque ceux-ci sont à des températures différentes.

IV.        Conclusion :

  • L’ensemble des processus de la géodynamique externe de la planète Terre est induit et piloté par l’énergie provenant du Soleil.
  • Ce flux d’énergie maintient à la surface de la Terre une température moyenne (autour de +15°C) permettant l’existence de l’eau sous différentes phases et contribue ainsi au développement de la vie.
  • Même si le bilan énergétique de la Terre est globalement à l’équilibre, dû à la présence d’une atmosphère qui joue un rôle de régulateur thermique, des déséquilibres locaux existent et sont à l’origine de transferts d’énergie qui se traduisent par le mouvement des fluides atmosphériques et océaniques.

 

Un effet de serre indispensable à la vie

Gain de 33° par rapport à la température terrestre théorique : effet bénéfique

Ce qui est dangereux n’est pas le phénomène lui-même, parfaitement naturel et essentiel à notre existence, mais sa modification rapide du fait de l’homme

 

A retenir :

Les différents calculs, les unités.

Les différentes longueurs d’ondes et leurs implications dans le système.

Le schéma du bilan thermique du système Terre/Atmosphère.

Les différents Gaz à effet de serre.

 

Savoir définir :

Gaz à effet de serre ; effet de serre ; atmosphère ; soleil ; constante solaire ; loi de Wien ; loi de Stefan-Boltzmann ; albédo.

Posté par michelpatalano à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 novembre 2020

Terminale spécialité SVT, TP: Les tissus conducteurs des végétaux.

 Vivant ou mort?

Capture d’écran 2020-05-07 à 10

Photo d'un Séquoia géant dans le parc national de Yosemite en Californie. Ce tunnel a été creusé en 1881 comme attraction touristique. L'arbre, aujourd'hui mort, était agé de 2100 ans et mesurait 71,3m de haut.

 

LES TISSUS CONDUCTEURS DES VEGETAUX

 

Mise en situation et recherche à mener

La montée de la sève brute, constituée d’eau et de sels minéraux, entre les racines et les feuilles d’un arbre est un phénomène impressionnant si on considère la hauteur de certains arbres qui peuvent dépasser 100 mètres de haut.

On sait aujourd’hui que la montée de la sève est générée par deux phénomènes:

  • la poussée radiculaire, qui provoque une pression sur la sève au niveau des racines,
  • et surtout la transpiration foliaire,qui provoque uneaspiration de la sève depuis les feuilles.

Ainsi, les cellules du xylème, qui assurent le transport de la sève brute, sont soumises à des alternances depression et d’aspiration de la sève.On cherche à déterminer les caractéristiques des cellules du xylème leur permettant de résister à ces alternances de pression et d’aspiration

Ressources:

Document 1: la paroi des cellules végétales

Capture d’écran 2020-11-18 à 11

Selon l’état de la cellule, on distingue deux types de paroi:

  • la paroi primaire: c’est la seule paroi des cellules juvéniles. Elle est constituée uniquement de molécules de cellulose, d’hémicellulose et de pectines, ce qui luiconfère son caractère extensible, permettant la croissance cellulaire (élongation).
  • la paroi secondaire apparaît lors de la différenciation de la cellule. Elle est constituée de cellulose et est enrichie en composés phénoliques : lignine (pourrenforcer la rigidité), cutine et subérine (pour l'imperméabiliser). La paroi secondaire se superpose donc à la paroi primaire, vers l’intérieur de la cellule. Sa présence modifie donc les propriétés de la paroi et éventuellement de la cellule.

Document 2: quelques colorants des constituants cellulaires

  • Le carmin aluné colore la cellulose en rouge.
  • Le vert d'iode colore la lignine en vert.

 

Matériel disponible

  • Feuilles de poireau;
  • Matériel d’observation: microscope
  • Colorants: carmin aluné et vert diode

 

Etape 1: Concevoir une stratégie pour résoudre une situation problème (durée maximale :10 minutes)

  • Proposer une stratégie de résolution réaliste permettant d’identifier les caractéristiques des cellules du xylème leur permettant de résister auxalternances de pression et d’aspiration de la sève

Etape 2: Mettre en œuvre un protocole de résolution pour obtenir des résultats exploitables

  • Mettre en œuvrele protocolede coloration de coupes longitudinales et transversales de la feuille,afin d’identifier les 2 tissus conducteursde la sève (xylème et phloème).

Etape 3: Présenter les résultats pour les communiquer

  • Sous la forme de votre choixprésenteret traiter les données brutes pour qu'elles apportent les informations nécessaires à la réponse à laproblématique

Etape 4: Exploiter les résultats obtenus pour répondre au problème

  • Exploiter vos résultats pour identifier les caractéristiques des cellules du xylème leur permettant de résister aux alternances depression et d’aspiration de la sève.

Matériel:

  • Echantillons végétaux (poireau, céleri ...)
  • Paire de pinces
  • Lame de rasoir
  • Mini passoire: 2 par groupe si possible
  • 5 verres de montre
  • Lames
  • Lamelles
  • Compte-gouttes 
  • Eau distillée
  • Boites de Pétri
  • Eau de Javel
  • Carmin aluné (colorant rouge)
  • Vert d’iode
  • Acide acétique
  • Microscope

Protocole:

  • Réaliser plusieurs coupes transversales et longitudinales fines de feuilles de l’échantillon proposé.

Les déposer au fur et à mesure dans la passoire en distinguant les coupes transversales et les longitudinales.

  • Réaliser la coloration de toutes vos préparations:

1. Préparer l’ensemble de vos verres de montre avec les 5 liquides;

2. Colorer vos coupes en suivant le protocole ci-dessous, déplacer vos coupes à l’aide de la mini passoire:

  • 10 minutes dans l'eau de javel;
  • 2 rinçages successifs avec de l'eau distillée;
  • 2 minutes dans l’acide acétique dilué;
  • 1 rinçage à l’eau distillée;
  • 10 minutes dans le carmin aluné;
  • 2 secondes dans le vert diode;
  • rinçage à l'eau distillée;

Réaliser et observer vos préparations microscopiques des coupes colorées.

 

 

 

TP3_tissus_conducteurs_ECE_TS6_correction

 

 

 

Posté par michelpatalano à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

1ere ES, Thème 1: Une longue histoire de la matière.

 

Caron figure B répartition des éléments chimiques20200429

(d'après Caron)

Thème 1: Une longue histoire de la matière

Introduction:

Les êtres vivants sont formés de grosses molécules: des lipides, des glucides, des protéines et de l'ADN. Or, ces molécules ne sont formées que de 5 ou 6 atomes: le carbone, l'hydrogène, l'oxygène, l'azote, du phosphore et dans une moindre mesure, du soufre.

Le soleil est une boule d'hydrogène et d'hélium en fusion... il n'y a pas de carbone, ni d'oxygène...etc.

Alors d'où viennent les atomes qui composent les molécules de nos cellules? Forcément de l'atome d'hydrogène.

Comment, à partir du seul élément hydrogène, la diversité des éléments chimiques est-elle apparue?

Aborder cette question nécessite de s’intéresser aux noyaux atomiques et à leurs transformations.

a- Un niveau d'organisation: les éléments chimiques (PC)

b- Des édifices ordonnés: les cristaux (SVT)

c- Une structure complexe: la cellule vivante (SVT)

 

Contenus:

a- Un niveau d'organisation: les éléments chimiques (PC)

Capture d’écran 2020-08-25 à 15

  • Les noyaux des atomes de la centaine d’éléments chimiques stables résultent de réactions nucléaires qui se produisent au sein des étoiles à partir de l’hydrogène initial.

Schéma de la nucléosynthèse initiale lors du Big bang

Capture d’écran 2020-10-07 à 08

Schéma de la nucléosynthèse dans les étoiles du Carbone, de l'azote et de l'oxygène.

Capture d’écran 2020-10-07 à 08

Capture d’écran 2020-08-25 à 15

  • La matière connue de l’Univers est formée principalement d’hydrogène et d’hélium.
  • La Terre est surtout constituée d’oxygène, d’hydrogène, de fer, de silicium, de magnésium 
  • La vie est faite de carbone, d'hydrogène, d'oxygène, d'azote, de phosphore et de soufre. (CHONPS)
  • Certains noyaux sont instables et se désintègrent (radioactivité).
  • La demi-vie d’un noyau radioactif est la durée nécessaire pour que la moitié des noyaux initialement présents dans un échantillon macroscopique se soit désintégrée.
  • Cette demi-vie est caractéristique du noyau radioactif.

 

b- Des édifices ordonnés: les cristaux (SVT)

Capture d’écran 2020-08-25 à 15

  • Le chlorure de sodium solide, présent dans les roches, ou issu de l’évaporation de l’eau de mer, est constitué d’un empilement régulier d’ions: c’est l’état cristallin qui est un état ordonné.
  • Plus généralement, une structure cristalline est définie par une unité appelée maille élémentaire répétée périodiquement.
  • Un type cristallin est défini par la forme géométrique de la maille, la nature et la position dans cette maille des entités qui le constituent.
  • Les cristaux les plus simples peuvent être décrits par une maille cubique que la géométrie du cube permet de caractériser.

Capture d’écran 2020-08-25 à 15

  • La position des entités dans cette maille distingue les réseaux cubiques simples et cubiques à faces centrées.(PC)
  • La structure microscopique du cristal conditionne certaines de ses propriétés macroscopiques, dont sa masse volumique. (PC)
  • Un composé de formule chimique donnée peut cristalliser sous différents types de structures qui ont des propriétés macroscopiques différentes comme le graphite et le diamant.

Cristaux de graphite à gauche, de diamant à droite

graphite cristaldiamant cristal

Dans les deux cas, tous les atomes sont du carbone.

graphite et diamant

  • Ainsi les minéraux se caractérisent par leur composition chimique et leur organisation cristalline.

Capture d’écran 2020-08-25 à 15

  • Une roche est formée de l’association de cristaux d’un même minéral ou de plusieurs minéraux, souvent des sillicates.
  • Des structures cristallines existent aussi dans les organismes biologiques: coquille, squelette, os, et en général, ce sont des cristaux de carbonate de calcium ou calcaire ou de carbonate de magnésium pour l'os.

silice cristalisée ou amorphe

 

  • Un minéral ayant grandi sans contrainte montrera son cristal de base qui est le reflet de sa maille élémentaire, c'est un cristal automorphe comme dans le cas du sel.
  • Celui qui aura grandi dans un espace restreint n'aura pas la forme de sa maille élémentaire, c'est un cristal xénomorphe, comme dans le cas du quartz ou des feldspath dans un granite.

Photo d'un granite à gros cristaux de feldspath rose, de quartz gris, de micas noirs.

(photo: Michel Patalano)

  • Certaines roches volcaniques contiennent du verre, issu d'un refroidissement très rapide de la lave: le cristal n'a pas eu le temps de se former, on dit que la matière est amorphe, sans forme cristalline.

 

 

S'entrainer:

QCM SVT - 1ère Enseignement Scientifique

QCM SVT - 1ère enseignement scientifique - Préparer le bac SVT

Capture d’écran 2020-10-07 à 08

exercice Roche et cristal

identifier des roches au laboratoire

Capture d’écran 2020-10-07 à 08

Capture d’écran 2020-10-07 à 08

Capture d’écran 2020-03-27 à 04

Capture d’écran 2020-10-07 à 08

 

c- Une structure complexe: la cellule vivante (SVT)

Activités:

  • Analyser et interpréter des documents historiques relatifs à la théorie cellulaire.
  • Situer les ordresde grandeur:atome, molécule, organite, cellule, organisme.

A retenir: La découverte de l’unité cellulaire est liée à l’invention du microscope.L’observation de structures semblables dans de très nombreux organismes a conduit à énoncer le concept général de cellule et à construire la théorie cellulaire.Plus récemment, l’invention du microscope électronique a permis l’exploration de l’intérieur de la cellule et la compréhension du lien entre échelle moléculaire et cellulaire.

Activités:

  • Relier l’échelle de la cellule et celle de la molécule (exemple de la membrane plasmique).
  • Schématiser la membrane plasmique à partir de molécules dont les parties hydrophile/lipophile sont identifiées.

A retenir: La cellule est un espace séparé de l’extérieur par une membrane plasmique. Cette membrane est constituée d’une bicouche lipidique et de protéines. La structure membranaire est stabilisée par le caractère hydrophile ou lipophile de certaines parties des molécules constitutives.

Bilan:

Dans le monde, la matière s’organise en structure d’ordre supérieur à l’échelle moléculaire. La structure cellulaire en est un exemple.

 

 

Capture d’écran 2020-03-27 à 04

Posté par michelpatalano à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Terminale ES, Chapitre 1: L'atmosphère terrestre et la vie.

photo de l'atmosphère prise par Thomas Pesquet

D'après Thomas Pesquet

photo atmosphère navette Atlantis

D'après Pour la science

L'atmosphère terrestre et la vie

Capture d’écran 2020-09-02 à 14D'après Nathan, TES.

Plan du cours:

  1. La formation de la Terre et de son atmosphère primitive
  2. La formation de l'hydrosphère et l'évolution du CO2
  3. La formation de la vie et l'apparition du dioxygène
  4. L'ozone, un gaz protecteur
  5. Le Carbone, un élément chimique voyageur.

 

Schématisation de la formation des planètes d'après Nakazawa:

la formation des planètes copie

D'après Caron, Comprendre et enseigner la Terre

  • Pour une raison mal connue, un nuage interstellaire constitué d'atomes et de molécules en rotation peut se contracter en un disque sous l'action conjuguée des forces de gravité et de force centrifuge: figure a.
  • Il se forme alors un proto-soleil au coeur d'une nébuleuse en rotation lente: figure b1.
  • La rotation augmente, ce qui a pour effet d'aplatir le disque, il se forme alors des grains de matière, des sortes d'amorces: figure b2-b3.
  • Puis des corps plus gros appelés planétésimaux se forment par agrégation de matière, donnant ensuite des protoplanètes, puis des planètes: figures b4 à b8.

 

 

  1. La formation de la Terre et de son atmosphère primitive
  2. La formation de l'hydrosphère et l'évolution du CO2
  3. La formation de la vie et l'apparition du dioxygène
  4. L'ozone, un gaz protecteur
  5. Le Carbone, un élément chimique voyageur.

 températures atmosphère copie

Répartition des éléments chimiques dans les enveloppes de la Terre

Caron figure B répartition des éléments chimiques20200429 copie

D'après Caron, Comprendre et enseigner la Terre

tableau de planétologie comparéeD'après Caron, Comprendre et enseigner la Terre

les molécules interstellaires détectées

D'après Caron, Comprendre et enseigner la Terre

  1. La formation de la Terre et de son atmosphère primitive
  2. La formation de l'hydrosphère et l'évolution du CO2
  3. La formation de la vie et l'apparition du dioxygène
  4. L'ozone, un gaz protecteur
  5. Le Carbone, un élément chimique voyageur.

Capture d’écran 2020-09-01 à 11

d'après Nathan, TES.

Capture d’écran 2020-09-01 à 11

d'après Nathan, TES.

 

Diagramme de phase de l'eau

http://acces.ens-lyon.fr/acces/thematiques/limites/eau/images-1/diagramme-phase-eau3.jpg

d'après ENS Lyon

 

Science grand format: les premières colonies dans l'espace

 

 

Capture d’écran 2020-09-01 à 11

d'après Nathan, TES.

TES origine de l'eau terrestre

D'après Bordas.

 

Origine de l'eau sur Terre : un enrichissement progressif des océans en deutérium

Source de toute vie sur Terre, l'apparition de l'eau sur notre planète reste inconnue. Pour les scientifiques, des réponses peuvent se trouver dans la composition chimique des océans. En particulier leur composition en isotopes stables de l'hydrogène 1H et 2H - cet isotope "lourd" est aussi appelé "deutérium".

http://www.ens-lyon.fr

 

la Terre il y a 4 Ga

https://www.encyclopedie-environnement.org/vivant/etait-vie-chimie-locean-terrestre-y-a-4-milliards-dannees/

stromatolithes actuels

d'après Nathan, TES.

Archives des Etretat falaises - Arts et Voyages

D'après http://e-sushi.fr/tag/etretat-falaises

 

  1. La formation de la Terre et de son atmosphère primitive
  2. La formation de l'hydrosphère et l'évolution du CO2
  3. La formation de la vie et l'apparition du dioxygène
  4. L'ozone, un gaz protecteur
  5. Le Carbone, un élément chimique voyageur.

Capture d’écran 2020-09-01 à 11

d'après Nathan, TES.

 

formation de la première cellule d'parès Macagno

D'après Macagno

 

Vénus une forme de vie dans l'atmosphère ?

Capture d’écran 2020-09-01 à 11

d'après Nathan, TES.

 

Expérience: Mise en évidence de l'oxydation des ions Fer II

  • Mettre quelques feuilles d'Elodée dans la cuve
  • Refermer la cuve
  • Allumer la lampe mais laisser les volets fermés
  • Insérer la sonde à dioxygène
  • Choisir le timing: 5 minutes
  • Commencer les enregistrements en appyant sur F10
  • Au bout d'une minute, ouvrez les volets de la cuve de manière à faire entrer la lumière
  • Au bout d'une minute, injectez la solution de Fer grâce à la seringue.
  • Observez la variation de dioxygène
  • Recuperez votre enregistrment et annotez-le avec les différents évènements survenus durant votre expérience

 

Capture d’écran 2020-09-01 à 11

d'après Nathan, TES.

 TES_TP_Oxydation_du_Fer_par_le_dioxyge_ne

Cliquez sur le lien ci-dessous pour découvrir un exercice de type BAC

TES_atmosphe_re_primitive__oxyge_ne_et_fer

 Capture d’écran 2020-09-23 à 11

TES Nostoc exo BAC

 

 

Comment peut-on expliquer que la vie ne soit sortie des océans que 2 milliards d'années après son apparition dans l'eau ...?

Chronologie du vivant

http://svt.ac-dijon.fr/schemassvt/spip.php?article2255

 

  1. La formation de la Terre et de son atmosphère primitive
  2. La formation de l'hydrosphère et l'évolution du CO2
  3. La formation de la vie et l'apparition du dioxygène
  4. L'ozone, un gaz protecteur
  5. Le Carbone, un élément chimique voyageur.

 

trou Ozone

 

Formation de la molécyle d'ozone dans la haute atmosphère

Capture d’écran 2020-09-01 à 12

Absorption des rayons U.V par l'ADN et l'ozone

Capture d’écran 2020-09-01 à 12

Absorption des U.V par l'ozone en fonction de l'altitude.

Capture d’écran 2020-09-01 à 12

Trou dans la couche dOzone et risque de cancers

Capture d’écran 2020-09-01 à 12

 

 

schéma expliquant la variation de la composition atmosphérique

Terminale_ES__sche_ma_bilan_e_le_ves

 

 

  1. La formation de la Terre et de son atmosphère primitive
  2. La formation de l'hydrosphère et l'évolution du CO2
  3. La formation de la vie et l'apparition du dioxygène
  4. L'ozone, un gaz protecteur
  5. Le Carbone, un élément chimique voyageur.


Le cycle du carbone

cycle du carbone selon Alègre modifié

D'après Allègre dans Comprendre et enseigner la planète Terre

 

A retenir:

Comment explique-t-on que l'atmosphère actuelle soit si différente de son atmosphère d'origine?

1- La formation de la Terre et de son atmosphère primitive

  • Il y a environ 4,6 milliards d’années, un nuage de gaz et de poussières se contracte sur lui-même et donne naissance au soleil au centre et aux planètes en périphérie.
  • L’atmosphère primitive se forme alors, elle était composée de N2, CO2 et H2O, comme sur les autres planètes et dans les météorites comme les chondrites.
  • Or, sa composition actuelle est d’environ 78 % de N2 et 21 % de O2, avec des traces d’autres gaz (dont H2O, CO2, CH4, N2O), très différente donc de ce qu'elle était.

Comment explique-t-on la formation des océans?

2- La formation de l'hydrosphère et l'évolution du CO2

  • Le refroidissement de la surface de la Terre primitive a conduit à la liquéfaction de la vapeur d’eau présente dans l’atmosphère initiale.
  • L’hydrosphère s’est formée: les océans sont apparus.
  • Le CO2 s'est alors dissout dans l'eau se combinant au calcium; le tout a précipité au fond de l'océan sous forme de calcaire.

Comment explique-t-on l'existence du dioxygène atmosphérique ? 

3- La formation de la vie et l'apparition du dioxygène

  • Puis, la vie s’est développée dans l'hydrosphère: des molécules hydrophobes ont spontanément entourées d'autres molécules riches en énergie et en information. La première cellule apparait.
  • Les premières traces de vie sont datées d’il y a au moins 3,5 milliards d’années.
  • Par leur métabolisme photosynthétique, des cyanobactéries ont produit le dioxygène qui a oxydé le Fer présent dans l'océan formant des bandes de fer ou fer rubanés.
  • Le dioxygène s’est accumulé à partir de 2,4 milliards d’années dans l’atmosphère.
  • Sa concentration atmosphérique actuelle a été atteinte il y a 500 millions d’années environ.
  • Les sources et puits de dioxygène atmosphérique sont aujourd’hui essentiellement liés aux êtres vivants (photosynthèse et respiration) et aux combustions.

Comment explique-t-on que la vie animale et végétale se soient développées il y a environ 500 Ma?

4- L'ozone, un gaz protecteur:

  • Sous l’effet du rayonnement ultraviolet solaire, le dioxygène stratosphérique peut se dissocier, initiant une transformation chimique qui aboutit à la formation d’ozone.
  • Celui-ci constitue une couche permanente de concentration maximale située à une altitude d’environ 30 km.
  • La couche d’ozone absorbe une partie du rayonnement ultraviolet solaire et protège les êtres vivants de ses effets mutagènes.

Comment explique-t-on l'inexorable augmentation de la teneur CO2 de l'atmosphère ?

5- Le carbone, un élément chimique voyageur

  • Le carbone est stocké dans plusieurs réservoirs superficiels : l’atmosphère, les sols, les océans, la biosphère et les roches.
  • Les échanges de carbone entre ces réservoirs sont quantifiés par des flux, en tonne/an.
  • Les quantités de carbone dans les différents réservoirs sont constantes lorsque les flux sont équilibrés.
  • L’ensemble de ces échanges constitue le cycle du carbone sur Terre.
  • Les combustibles fossiles se sont formés à partir du carbone des êtres vivants, le plus souvent à une période du Paléozoïque apelée carbonifère, il y a environ 350Ma.
  • Ils ne se renouvellent pas suffisamment vite pour que les stocks se reconstituent : ces ressources en énergie sont dites non renouvelables.

Conclusion:

Depuis l’époque de sa formation, quasi concomitante avec celle du Soleil et des autres planètes du système solaire, la Terre a connu une évolution spécifique de sa surface et de la composition de son atmosphère. Sa température de surface permet l’existence d’eau liquide, formant l’hydrosphère. Aux facteurs physiques et géologiques (activité solaire, distance au Soleil, tectonique) s’est ajoutée l’émergence des êtres vivants et de leurs métabolismes. 

L'hypothèse Gaïa est cette idée émise dans les années 70 que la Terre avec ses êtres vivants, son atmosphère, ses océans et ses roches ne forment qu'un seul super-organisme. En effet, les gaz émis par les végétaux lors de la photosynthèse sont captés par les animaux lors de la respiration et inversement. De plus, le dixoygène produit par la vie a permis de protéger la vie des effets mutagènes des rayons UV, et ainsi les êtres vivants ont pu sortir de l'eau.

On le voit depuis la formation de la Terre, son atmosphère a profondément changé sous l'impulsion des êtres vivants qui produisent ou absorbent des gaz de cette atmosphère.

Un fragile équilibre est atteint, qui permet la vie et la maintient en l'état depuis quelques millions d'années, reste à savoir si l'Homme n'est pas en train de déstabiliser ce fragile équilibre.

 

polluants ile de France

D'après Pour la science

 

 

Le mécanisme de destruction de l'Ozone

la destruction de l'ozone

D'après Pour la science

(Re)découvrez 35 des plus belles photos capturées par l'astronaute Thomas Pesquet depuis l'espace

Il nous a émerveillés pendant des semaines. Au cours de son séjour à bord de l'ISS, l'astronaute préféré des Français Thomas Pesquet a réalisé de formidables clichés de notre Terre. Une formidable épopée, qu'il n'a pas manqué de partager sur les réseaux sociaux. C'est un ticket pour l'espace d'une valeur inestimable.

https://www.maxisciences.com

 

Musée: comment faire un compost dans une salle de classe?

Unknown

Le matériel:

  • Un saut pouvant se fermer grâce à un couvercle type saut contenant de la crème fraiche que l'on peut trouver à la cantine, ou bien saut à farine de 2,5kg;
  • Un petit sac de terreau;

Protocole:

  • Remplir le saut aux 3/4 de sa hauteur;
  • Humidifier avec de l'eau;
  • Poser, sans les enfoncer afin qu'elles restent bien visibles, des pelures d'orange;
  • Refermer correctement afin que l'eau ne puisse s'échapper ni les spores de champignons;
  • Observer régulièrement la croissance des champignons, l'humidité ambiante, la transformation des pelures d'oranges.

 

A J+0, des pelures d'oranges ont été jetées dans un saut de terre humide puis le saut est refermé et socké dans un espace chauffé à 21°C

Unknown

Résultat à J+5 puis à J+7

Unknown-1Unknown-2

A J+9 puis J+11

Unknown-3Unknown-4

Résultat à J+17

Unknown-5

(Photos: Michel Patalano)